Un documentaire produit par la Fondation Marguerite Bays

L’attrait toujours vivace de la couturière glânoise

Fribourg, 14 mai 2013 (Apic) La Fondation Marguerite Bays vient de produire un documentaire sur la couturière de La Pierra, dans la Glâne, béatifiée en 1995. Le film intitulé «Une perle de sainteté» illustre particulièrement l’attrait toujours vivace de la Bienheureuse au sein de sa communauté, rapporte le 14 mai 2013 le quotidien fribourgeois «La Liberté».

Le DVD de 34 minutes, pressé à 1500 exemplaires, est signé Michel Demierre, abbé et ancien producteur, réalisateur et commentateur religieux de la RTS. Le film s’articule autour de la vie de la Bienheureuse, évoquée par des membres de la Fondation ou de l’Unité pastorale «Bienheureuse Marguerite Bays». On y découvre son engagement pour les pauvres et les enfants, son écoute et ses qualités de conseillère recherchée loin à la ronde.

Le documentaire pose les jalons de son existence: son travail de couturière et de tailleuse, ses visites à la Fille-Dieu ou aux Sœurs de Saint-Paul, sa guérison miraculeuse d’un cancer en 1854, son adhésion au Tiers Ordre franciscain en 1861, et sa mort à 64 ans, le 27 juin 1879.

«Sa vision du rôle des laïcs dans l’Eglise avait 150 ans d’avance!»,

Mais le film illustre surtout l’attrait toujours vivace suscité par Marguerite Bays. «Pendant le tournage, j’ai senti à quel point les gens se sentent proches d’elle, de par la simplicité de sa vie laïque», explique Michel Demierre. Il reprend ainsi l’un des messages délivrés dans le film par l’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF) Mgr Charles Morerod: Marguerite est «comme nous».

«On ne peut qu’être touché par la qualité des relations humaines qu’entretenait Marguerite Bays, à une époque assez rigoureuse sur le plan religieux», relève Martial Python, curé de Romont, qui vient de publier, «Vivre le chemin de croix avec Marguerite Bays». «Son père était un enfant illégitime, son frère un alcoolique, son neveu également un enfant illégitime. Ce cadre a sans doute contribué au fait que Marguerite Bays accueillait les gens sans juger ni moraliser…Sa vision du rôle des laïcs dans l’Eglise avait 150 ans d’avance!», souligne le Père Python.

Nouveau postulateur pour la cause de canonisation

Après le départ du père blanc Raphaël Deillon du Vatican en 2010, un nouveau postulateur pour la cause de canonisation de Marguerite Bays doit bientôt être nommé. La Fondation se concertera prochainement avec l’évêché à ce sujet. Le tribunal diocésain en charge de l’instruction du dossier concernant le deuxième fait extraordinaire imputé à l’intercession de la Bienheureuse a terminé son travail. Le tribunal a examiné le cas de Virginie, 17 ans, happée par un tracteur le 6 mars 1998 et sortie indemne de l’accident grâce à l’intercession supposée de Marguerite Bays.

Pour en savoir plus:

www.marguerite-bays.ch

(apic/lib/rz)

14 mai 2013 | 15:37
par webmaster@kath.ch
Partagez!