Fête-Dieu 
à Cornol, dans le Jura Le prêtre présente l'Eucharistie dans l'ostensoir | © Jacques Berset
International
Fête-Dieu à Cornol, dans le Jura Le prêtre présente l'Eucharistie dans l'ostensoir | © Jacques Berset

La Fête-Dieu, "la plus liégeoise de toutes les fêtes du calendrier liturgique"

19.06.2019 par Jacques Berset, cath.ch

Dimanche 23 juin 2019, en France comme en Belgique, l’Eglise catholique célèbre “la plus liégeoise de toutes les fêtes du calendrier liturgique”, la Fête du Saint-Sacrement. L’Eglise de Belgique rappelle en effet que l’on doit la Fête-Dieu à sainte Julienne de Cornillon (dans le quartier d’Amercoeur à Liège), grande figure féminine liégeoise.

La Fête du Saint-Sacrement (2e dimanche après la Pentecôte) a été instituée au Moyen-Age pour commémorer la présence de Jésus-Christ dans le sacrement de l’Eucharistie. Sainte Julienne de Cornillon comprit, grâce à une vision, qu’il manquait une fête en l’honneur de l’eucharistie. Le clergé liégeois n’était pourtant guère enthousiaste à l’idée d’une fête supplémentaire.

Supprimée dans les pays protestants

Cependant, Julienne, appuyée par la bienheureuse Eve de Saint-Martin, eut finalement gain de cause et obtint la célébration de la fête dans la basilique Saint-Martin à Liège. Le pape Urbain IV décida en 1264 de faire de cette fête diocésaine une solennité pour toute l’Eglise, bien que cette fête eût de la peine à s’imposer chez les évêques et les théologiens. Elle est devenue ensuite une fête très populaire, notamment très célèbre en Espagne. Elle a été supprimée dans les pays protestants, mais cependant gardée par l’Eglise anglicane. Cette fête était appelée fête du Corpus Christi ou Fête du Saint-Sacrement. Le nom de Fête-Dieu n’existe qu’en français.

La procession de la Fête-Dieu

Le pape Jean XXII en 1318 a ordonné de porter l’eucharistie, le jour de la Fête du Saint-Sacrement (Fête-Dieu), en cortège solennel dans les rues et sur les chemins pour les sanctifier et les bénir. C’est à ce moment qu’apparaît l’ostensoir. La fête se répand dans tout l’Occident aux XIV° et XV° siècles. Le Concile de Trente (1515-1563) approuve cette procession de la Fête-Dieu qui constitue une profession publique de foi en la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. Le défilé du Saint-Sacrement est encore très populaire en Italie et en Espagne, et dans certaines régions catholiques de Suisse. Mais en France, la procession de la Fête-Dieu se fait rarement, sauf dans de nombreux villages du Pays Basque.

Depuis la réforme liturgique du Concile Vatican II, la Fête Dieu est appelée “Fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ”. La Fête du Corps et du Sang du Christ commémore l’institution du sacrement de l’eucharistie. Elle est un appel à approfondir le sens de l’eucharistie et sa place dans la vie des fidèles. Cette fête est la célébration du Dieu d’amour qui se révèle en donnant son corps et son sang, en se donnant à nous comme nourriture de vie éternelle. Le sens de la fête du corps et du sang du Christ est un peu différent de celui de la Fête-Dieu qui était plus centrée sur l’adoration de la présence réelle du Christ. (cath.ch/cef/cathobel/be)


Délégation d'évêques chinois au sanctuaire marial de Banneux, dans la province de Liège | DR

Belgique: Evêques catholiques chinois en visite officielle à Liège

Maria Carmen Lacaba Andia et treize autres sœurs de l’Ordre franciscain de l’Immaculée Conception, tuées durant la guerre d'Espagne | Vatican Media

L’Eucharistie ne doit pas être une habitude, rappelle le pape François

Actualités ›