Vatican

La Fraternité Saint-Pie X affirme une «divergence doctrinale irréductible» avec Rome

«Le problème de fond» entre la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX) et le Saint-Siège est «bel et bien doctrinal», affirme la FSSPX le 23 novembre 2018, suite une rencontre la veille entre son supérieur général, l’abbé Davide Pagliarani, et le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Luis Ladaria Ferrer.

Elu le 11 juillet dernier à la tête de la Fraternité lefebvriste, l’abbé Pagliarani s’est rendu à Rome à l’invitation du cardinal espagnol. Selon le communiqué de la FSSPX, cette rencontre visait à «se rencontrer pour la première fois» afin de «faire ensemble le point sur les relations» entre Rome et Ecône – siège historique de la FSSPX en Suisse.

Pour la FSSPX, cette réunion a été l’occasion de rappeler que le «problème de fond» est «bel et bien doctrinal». Il s’agit d’une «divergence doctrinale irréductible», insiste le communiqué, qui a empêché toute «ébauche de déclaration doctrinale acceptable par les deux parties». Cette question doctrinale reste «absolument primordiale», et la FSSPX veut donc «reprendre la discussion théologique» avec Rome.

Débutées en octobre 2009, sous le pontificat de Benoît XVI, les discussions doctrinales s’étaient déroulées à huis clos au cours de huit rencontres, jusqu’en avril 2011. Selon le Vatican, ces discussions visaient à aborder des «difficultés doctrinales majeures sur des thèmes controversés» parmi lesquels la liberté religieuse, l’œcuménisme ou le dialogue interreligieux.

Document doctrinal non accepté

Suite à ces discussions, Rome avait soumis à Ecône un «préambule doctrinal» en septembre 2011. L’acceptation de ce document aurait permis de conduire à la «pleine réconciliation» de la FSSPX avec le Siège apostolique, et l’étude de l’intégration de la Fraternité au sein de l’Eglise catholique – probablement sous la forme d’une prélature personnelle. Ce préambule n’a jamais été accepté par Ecône. Mais la FSSPX autant que le pape François ont désiré maintenir le dialogue.

Le pape argentin a ainsi rencontré Mgr Bernard Fellay – supérieur de la FSSPX jusqu’en juillet – à plusieurs reprises. L’actuel Souverain pontife a également fait plusieurs gestes en direction d’Ecône, notamment en accordant à ses prêtres la licéité et la validité pour les sacrements de confession et de l’extrême onction. De même, un prêtre lefebvriste peut désormais célébrer un mariage catholique dans certains cas. (cath.ch/imedia/xln/gr)

L'abbé Davide Pagliarani, supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X depuis 2018 | © FSSPX
23 novembre 2018 | 14:23
par Grégory Roth
Partagez!