L'archevêque philippin Luis Tagle  (Photo:Eric James Sarmiento/Flickr/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY 2.0</a>)
International
L'archevêque philippin Luis Tagle (Photo:Eric James Sarmiento/Flickr/CC BY 2.0)

La police des Philippines offre d'aider à armer les prêtres

13.06.2018 par Maurice Page

A la suite de quatre fusillades de membres du clergé commises en six mois, la police nationale des Philippines a suggéré d’aider à fournir des armes aux prêtres qui le demanderaient. “Nous sommes des hommes de Dieu, des hommes d’Eglise et cela fait partie de notre ministère de faire face aux dangers, de faire face à la mort “, a répondu le président de la Conférence des évêques.

Le chef de la police nationale Oscar Albayalde a déclaré que la police était prête à fournir aux prêtres les moyens légaux de s’armer, s’ils le demandent et s’il y a des menaces pour leur vie. “Nous les aiderons à passer par le processus de délivrance de permis pour qu’ils se sentent en sécurité”. Selon lui, il n’y a cependant pas lieu de s’alarmer au sujet des fusillades contre les prêtres car il s’agit de “cas isolés”, rapporte l’agence catholique ucanews.

Le président de la conférence épiscopale, Mgr Romulo Valles, archevêque de Davao, a déclaré que les prêtres sont des hommes de paix et non de violence. Il a réitéré son opposition à l’armement des prêtres.

Le cardinal Tagle s’interroge sur la prolifération des armes à feu

Pour Mgr Oscar Florencio, administrateur apostolique de l’ordinariat militaire des Philippines, l’armement des prêtres créera plus de chaos, et ne résoudra rien. Le cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille, appelle à s’interroger plutôt sur la prolifération des armes à feu dans le pays et à revoir les politiques du pays en matière de production, de vente, d’achat et de possession d’armes à feu. “Espérons que le jour n’arrivera pas où il sera plus facile d’acheter un fusil que du riz”.

Cinq suspects identifiés pour l’assassinat du Père Nilo

Après l’assassinat le 10 juin du Père Richmond Villaflor Nilo, du diocèse de Cabanatuan, au nord de la province de Nueva Ecija, les enquêteurs se penchent sur trois mobiles potentiels: son implication dans des litiges fonciers, son soutien aux victimes de viol et ses opinions sur d’autres groupes religieux. Selon le directeur régional de la police, cinq suspects ont été identifiés.

Interpellation au parlement

Ces assassinats de prêtres ont aussi eu des répercussions politiques. La sénatrice Risa Hontiveros a déposé une résolution demandant la tenue d’une enquête du Congrès sur ces meurtres. Elle pense qu’ils n’étaient pas des incidents isolés, car ils sont survenus après les attaques verbales du président Rodrigo Duterte contre les dirigeants de l’Église catholique qui critiquent son administration.

“Ces meurtres renforcent encore davantage la culture de l’impunité pour faire taire les critiques de l’Église sur les politiques de l’État, en particulier celles qui ont trait aux droits l’homme et au respect de l’état de droit”, a déclaré R. Hontiveros. (cath.ch/ucanews/mp)


Soeur Patricia (g.) soutient l'agriculture biologique aux Philippines (Photo:Facebook.com)

Sœur Patricia Fox doit quitter les Philippines

Le cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille, aux Philippines | © Angie de Silva Eglises d'Asie

Le pape exhorte les Philippins au défi d'une vie de "disciples missionnaires"

Actualités ›