International

La présidente de Taïwan honore la présence catholique

Bien que très minoritaires dans le pays, les catholiques constituent «»une force majeure»« pour le bien de Taïwan, a déclaré, le 28 février 2019, la présidente de la république de Chine, Tsai Ing-wen, au cardinal Fernando Filoni, en visite dans le pays.

Le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, a rendu une visite aux autorités taïwanaises, a rapporté le quotidien local Taipei Times le 1er mars. Au début de l»«année, le haut prélat avait été nommé par le pape François pour le représenter à la célébration du 4e congrès eucharistique national. Ce rassemblement se déroule tous les deux ou trois ans dans l’un des sept diocèses de l’île. Une cérémonie de bienvenue, ponctuée de danses aborigènes, s»«est déroulée ce 1er mars dans le stade du comté de Yunlin, dans le diocèse de Chiayi, dans la partie occidentale de l»«île.

La veille de cette rencontre religieuse, le cardinal Filoni a été reçu par Tsai Ing-wen. A Taïwan, où différentes religions coexistent et entretiennent des relations pacifiques, les catholiques constituent une force majeure pour son bien, a souligné la présidente. La visite de l»«envoyé du pape peut ainsi aider à promouvoir une meilleure compréhension mutuelle, a-t-elle ajouté, et favoriser les échanges entre les deux parties.

Taïwan toujours plus isolé diplomatiquement

La visite du cardinal Filoni sur l»«île de Formose doit s»«achever le 3 mars avant de se poursuivre à Macao dans un premier temps, puis à Hong-Kong, terme du voyage du prélat dans la région. Entre-temps, le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples présidera à Taïwan une célébration eucharistique et visitera une maison de retraite le 2 mars. Le même jour, il se rendra notamment dans une université et dans le séminaire taïwanais.

Cette visite intervient dans une période d’incertitude pour les relations entre Taïwan et le Saint-Siège, une des rares entités dans le monde à entretenir des relations diplomatiques avec Taipei. Le Vatican et la Chine – rivale de Taïwan – sont en effet parvenus le 22 septembre dernier à un accord ›provisoire’ sur la nomination des évêques en Chine continentale. Or, depuis quatre ans, Taipei a perdu cinq alliés qui ont établi des relations diplomatiques avec la Chine populaire. En vertu du principe de la ‘Chine unique’ qui impose de reconnaître ou la république populaire de Chine ou la république de Chine, moins de vingt Etats entretiennent à ce jour des relations bilatérales avec Taipei.  (cath.ch/imedia/pad/mp)

Taipei, la capitale de Taïwan | wikimedia commons CC BY 2.0
1 mars 2019 | 16:00
par Maurice Page
Chine (270), Fernando Filoni (29), Taiwan (27)
Partagez!