International

«La religion au petit déjeuner», création originale sur YouTube

Bernd Tenhage, kath.ch, traduction, adaptation Bernard Litzler

La religion sur YouTube intéresse les croyants comme les athées. Mais, entre les deux, il n’y a presque rien. Cette découverte a inspiré à Andrew Mark Henry, chercheur américain en sciences religieuses, pour créer sa chaîne «Religion for Breakfast» (La religion au petit déjeuner). Une histoire à succès.

Le jeune homme est un vagabond entre les frontières. «Vous pensez peut-être que j’essaie de vous convertir», dit, dans la bande annonce de sa chaîne YouTube, le chercheur en sciences religieuses qui coupe l’herbe sous le pied de potentiels critiques. «Ou peut-être pensez-vous que j’essaie de rabaisser la religion comme la pire chose qui soit.»

Toucher les gens, croyants ou non

Telle n’est pas l’intention d’Andrew Mark Henry, de Boston (Etats-Unis). Il est un ambassadeur un peu différent de thèmes religieux. Il veut toucher les gens, qu’ils croient en Dieu ou qu’ils soient en lutte contre la religion. Le portail vidéo YouTube semble bien adapté pour cela, car il fonctionne généralement comme un moteur de recherche.

Henry est lui-même chrétien – mais son objectif est de fournir des informations «neutres» sur les religions et de combler le fossé entre le travail des missionnaires et les attaques haineuses contre les religions. Il semble y parvenir, car sa chaîne YouTube «Religion for Breakfast» (Religion au petit déjeuner) ravit depuis des années une communauté d’internautes toujours plus nombreuse.

Depuis cinq ans environ, Henry produit des vidéos sur des sujets classiques ou légèrement curieux autour de la religion et des croyances. Elles vont d’une introduction de 15 minutes à l’islam jusqu’à la thèse selon laquelle les religions japonaises – shintoïsme et bouddhisme – ont influencé le Pokémon (jeu de cartes adapté sur des créatures virtuelles aux qualités surnaturelles).

113’000 abonnés

En 2018, quelque 50’000 abonnés ont regardé ses clips, souvent instructifs et présentés de manière ouverte, qui sont parfois utilisés par les enseignants. À la mi-2019, sa communauté YouTube avait atteint 90’000 utilisateurs. Il est maintenant suivi par 113’000 abonnés. Henry reçoit 250’000 visites par mois. Et sa vidéo la plus réussie a été visionnée par plus de 1,3 million d’utilisateurs.

Henry prépare également un doctorat en études religieuses à Boston. Il s’intéresse particulièrement aux débuts du christianisme, mais il n’a jamais voulu devenir habiter une «tour d’ivoire académique». Au cours de ses études, il a découvert les possibilités de distribution et les effets d’Internet. Il s’est engagé dans une coopération avec des organisations à but non lucratif, universitaires et gouvernementales et a produit des vidéos pour le «Centre de la liberté religieuse» (Religious Freedom Center) dès 2017.

Drôle et scientifiquement solide

Il a trouvé un partenaire idéal avec «Sacred Writes» (Ecritures sacrées), une initiative de coopération avec les médias intéressés par un contenu plus nuancé sur la religion. Avant tout parce que cette initiative veut gagner des scientifiques qui s’adressent aux laïcs intéressés par la religion de manière clair. Des vidéos sur la ségrégation raciale dans les communautés religieuses américaines ou une introduction aux religions indigènes en sont issues.

La particularité de l’initiative YouTube d’Henry est son grand engagement à ne pas proposer la religion comme un «sujet de niche» pour initiés, mais à l’amener au peuple et à la replacer dans le contexte de la société. «Partout où vous regardez, vous pouvez toujours trouver l’influence de la religion», dit-il. Dans ses vidéos, Henry ne proclame pas de vérités définitives, mais donne plutôt des conseils à ceux qui sont désireux d’apprendre. Et toujours scientifiquement solide et drôle dans la présentation. «La religion au petit déjeuner», voilà sa marque de fabrique.

Commentaires haineux

Mais Henry ressent aussi les inconvénients de l’Internet, accessible à tous. La suppression des commentaires haineux l’occupe chaque matin dès le réveil. Des contemporains inoffensifs l’accusent soit de justifier sa foi, soit de détruire la religion. Pire encore, il reçoit des attaques haineuses contre les juifs et les musulmans.

Henry ne peut pas financer ses plus de 100 vidéos actuelles uniquement grâce aux revenus publicitaires de YouTube. Plusieurs centaines d’utilisateurs le soutiennent régulièrement par des dons. Ils sont également nécessaires pour couvrir ses frais de déplacement vers les experts et les lieux d’origine. (cath.ch/kna/bl)

Andrew Mark Henry est suivi par 113’000 abonnés et reçoit 250’000 visites par mois | Capture-écran
2 mars 2020 | 10:32
par redaction
Partagez!