Suisse

La RKZ pour un plus grand rôle des baptisés dans l'Eglise

La Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) demande que les baptisés aient davantage de pouvoir dans l’Eglise catholique du pays. La RKZ a exprimé cette demande suite à son Assemblée plénière, les 21 et 22 juin 2019 à La Chaux-de-Fonds.

La RKZ demande «la reconnaissance d’un droit obligatoire de codécision à l’ensemble des baptisés dans tous les domaines qui les concernent», indique-t-elle dans un communiqué du 27 juin 2019. A savoir non seulement dans celui des finances et pour l’élection d’autorités, mais encore pour l’engagement des collaborateurs pastoraux et certains choix fondamentaux en matière pastorale. L’organisation faîtière des corporations ecclésiastiques en Suisse a émis cette «revendication fondamentale» dans le cadre d’une rencontre avec des représentants de la Conférence des évêques suisse (CES), début juin, note-t-elle. Une requête accueillie «favorablement» et reprise par les évêques lors du débat qu’ils ont engagé sur le thème «Une voie synodale – en Suisse aussi?», dans le cadre de leur dernière assemblée ordinaire, du 3 au 5 juin à Sankt Gerold, en Autriche. «A cette occasion, nous avons discuté sur pied d’égalité de la crise que traverse l’Eglise catholique et des chances que recèlerait une voie synodale», assure l’organisation faîtière.

L’importance de la subsidiarité

Revenant sur ces discussions lors de l’assemblée de La Chaux-de-Fonds, le président de la RKZ Luc Humbel s’est dit «soulagé» que la Conférence des évêques soit consciente des difficultés actuelles et qu’elle entende les affronter avec la participation des fidèles. «Un processus synodal ne permettra d’avancer et ne représentera un réel intérêt que si des idées claires sont exprimées sur la direction que doit prendre le cheminement commun», a ajouté Luc Humbel. «Les évêques sont à prendre au mot. Il convient de ne pas réduire la crise aux dossiers brûlants que nous connaissons, mais de tenir compte de la diversité des groupes auxquels l’Eglise s’adresse et de rappeler le principe de subsidiarité: plus l’Eglise à l’échelon local et la Conférence des évêques utilisent et revendiquent des espaces de liberté pour des solutions individualisées, plus il sera simple de procéder aux réformes nécessaires».

Fonds augmenté pour les victimes d’abus

Les délégués de la RKZ ont en outre décidé d’augmenter de 2% la contribution en faveur de la CES. Les raisons principales de cette hausse résultent du besoin de personnel supplémentaire pour le secrétariat général de la CES et des indemnités à verser au titre de réparation morale aux victimes d’abus sexuels commis dans le contexte pastoral.

Werner Inderbitzin, président de l’Eglise cantonale schwytzoise, a également donné des informations sur les actions menées dans la perspective du vote du 30 juin 2019 sur l’entrée de l’institution dans la RKZ. Il a évoqué la position défendue par des responsables ecclésiaux de haut rang en faveur d’une adhésion.

Les délégués à la Conférence centrale ont en outre approuvé le budget proposé pour 2020 prévoyant des charges d’environ 13 millions de francs et un excédent de quelque 15’000 francs. (cath.ch/com/rz)

 

Luc Humbel, président de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) | © Werner Rolli
27 juin 2019 | 11:24
par Raphaël Zbinden
RKZ (59)
Partagez!