La religieuse suédoise Marie-Elisabeth Hesselblad
Vatican
La religieuse suédoise Marie-Elisabeth Hesselblad

La Suédoise Marie Elisabeth Hesselblad bientôt canonisée      

15.12.2015 par I.MEDIA

 La religieuse suédoise Marie Elisabeth Hesselblad (1870-1957), qui restaura la congrégation des sœurs ‘brigittines’, sera prochainement canonisée, a annoncé le Vatican le 15 décembre 2015. D’autres candidats à la sainteté ont vu avancer leur cause, parmi lesquels deux laïcs: le médecin suisse Nicolas Wolf et le résistant italien Teresio Olivelli.

Le pape François a autorisé la Congrégation des causes des saints à promulguer de nombreux décrets, parmi lesquels celui validant le miracle attribué à la bienheureuse suédoise Marie Elisabeth Hesselblad. Née en 1870 au sein d’une famille luthérienne de 13 enfants, elle partit très jeune travailler aux Etats-Unis pour soutenir financièrement sa famille, comme de nombreux paysans suédois de l’époque, et travailla à New York comme infirmière.

Conversion au catholicisme

En 1902, après avoir étudié la doctrine catholique sous la direction d’un jésuite, elle se convertit au catholicisme. Arrivée à Rome deux ans plus tard, elle entra chez les carmélites où elle prit cependant, avec une permission spéciale du pape Pie X, l’habit des ‘brigittines’, l’ordre fondé par sainte Brigitte en 1363. Un ordre qu’elle reconstitua à Rome en 1911, et en Suède en 1923, avec un grand souci de l’unité des chrétiens qu’elle manifesta tout au long de sa vie. Elle mourut à Rome le 24 avril 1957, à l’âge de 87 ans. Béatifiée par Jean Paul II en l’an 2000, elle fut déclarée Juste parmi les Nations en 2004 pour avoir sauvé des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, à Rome.

Rome a par ailleurs validé le miracle attribué au prêtre ukrainien Wladyslaw Bukowiński (1904-1974), pionnier de la mission au Kazakhstan. Après la reconnaissance de ses vertus héroïques en janvier dernier et la guérison miraculeuse qui lui est désormais attribuée, ce prêtre ukrainien peut désormais être béatifié.

Médecin suisse et résistant italien

Parmi la quinzaine d’autres décrets validés par le pape François figurent de nombreux prêtres et religieuses fondateurs de congrégation, mais aussi deux laïcs dont sont reconnues les vertus héroïques: le Lucernois Nicolas Wolf (1756-1832), père de neuf enfants, agriculteur, médecin et député, et le résistant italien Teresio Olivelli (1916-1945), déporté en Allemagne et mort en camp de concentration.

Lui aussi déclaré “vénérable“, le missionnaire canadien William Gagnon (1905-1972) est également en chemin vers la béatification. Ce religieux de l’Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu, entièrement consacré à l’assistance hospitalière et à la formation des jeunes religieux, mourut à Saigon, au sud du Vietnam.

Un cardinal a aussi été déclaré “vénérable“, à savoir l’Italien Angelo Ramazzotti (1800-1861), évêque de Pavie puis patriarche de Venise, à l’origine de l’Institut pontifical des missions étrangères (PIME). Il mourut trois jours avant de recevoir la barrette cardinalice des mains de Pie IX. (cath.ch-apic/imedia/ami/rz)


Les enfants martyrs de Tlaxcala, premiers martyrs d'Amérique

Canonisations en série le 15 octobre

Les Allemands envahissent la Pologne le 1er septembre 1939 (photo domaine public)

Pologne, les évêques s’opposent aux réparations de guerre

Actualités ›