Les murs de l'abbatiale de Payerne menaçaient de s'effondrer (Photo:kristobalite/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)
Suisse
Les murs de l'abbatiale de Payerne menaçaient de s'effondrer (Photo:kristobalite/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

L'abbatiale de Payerne va accueillir un nouveau musée

25.07.2017 par Bernard Hallet

L’abbatiale de Payerne va se doter d’un nouveau musée. Interactif, inventif et moderne, le lieu ouvrira ses portes en 2019. La municipalité a présenté les grandes lignes du projet le 24 juillet 2017, rapporte le quotidien fribourgeois La Liberté.

Le parcours de la visite comprendra une vingtaine de stations réparties dans l’église, le bâtiment du tribunal et l’église paroissiale. Projections de films, Jeux de lumière, œuvres artistiques exploreront plusieurs thèmes. Les objets archéologiques découverts pendant le chantier seront également exposés.

Les salles de l’actuel musée restent inchangées mais seront repensées durant la prochaine législature. Deux salles de classe seront abandonnées et transformées en accueil et en salle de projection. Les locaux de l’office du tourisme seront déplacés au début du musée. Il a semblé logique à Christelle Luisier Brodard, la syndique de Payerne, de réunir l’accueil touristique et muséal.

Un nouveau concept implique une nouvelle gestion. Elle sera confiée à une association, dotée d’un budget de 240’000 francs annuels, qui entrera en fonction le 1er janvier 2019.

La réfection extérieure touche à sa fin

Les travaux de restauration de l’église réformée se poursuivent, ainsi la réfection des façades extérieures touche à sa fin. Le chantier se déplacera à l’intérieur de la bâtisse où les voûtes seront traitées en priorité car elles représentent un danger: des pierres s’en détachent, menaçant la sécurité des personnes et la sauvegarde de l’édifice. Les peintures murales seront restaurées et remises en valeur. La commune attend d’ailleurs un soutien de 500’000 francs de la Confédération.

Les 7,7 millions de francs que coûtera finalement le projet sont déjà couverts par la Confédération, la Loterie romande et la ville de Payerne. Le législatif se prononcera cet automne sur cette avant-dernière étape de la réfection de l’abbatiale. (cath.ch/lalib/bh)


Une église catholique jusqu’en 1565

Le début de la construction de l’abbaye Notre-Dame sur l’emplacement de la villa romaine de la famille Paterniacus (ive siècle) se situe entre 961 et 965 il  fut initié par sainte Adélaïde, fille de la reine Berthe de Souabe. Cette brillante femme politique, reine d’Italie, puis impératrice de l’Empire romain germanique, devait ainsi soutenir l’ordre clunisien dont devait dépendre la maison de Payerne.

Les rois de Bourgogne puis les empereurs germaniques y feront de nombreux dons, ceci jusqu’à la réforme protestante et l’expulsion des moines en 1565. À la réforme, le cloître fut détruit par les Bernois ainsi qu’une partie des bâtiments abbatiaux. Ne subsistent que l’abbatiale, la salle capitulaire et une aile de l’abbaye qui est inscrite comme bien culturel suisse d’importance nationale. (cath.ch/lalib/bh)


La cathédrale de Ouagadougou, au Burkina Faso (photo wikimedia commons Sputniktilt CC BY-SA 3.0)

Création à Ouagadougou d'un musée du patrimoine de l'Eglise catholique

Marie-Antoinette Lorwich, aumônière et fondatrice du Roseau à Moudon | © Pierre Pistoletti

Sagesse d’un pauvre

Actualités ›