L'abbé Pascal se consacrera à plein temps à sa charge de vicaire épiscopal (Photo: Raphaël Zbinden)
Suisse
L'abbé Pascal se consacrera à plein temps à sa charge de vicaire épiscopal (Photo: Raphaël Zbinden)

Genève: l'abbé Pascal Desthieux sera vicaire épiscopal à plein temps

09.02.2017 par Bernard Hallet

L’abbé Pascal Desthieux quittera l’unité pastorale (UP) Eaux-vives – Champel où il est curé modérateur. Dès le 1er septembre 2017, il se consacrera à plein temps à sa charge de vicaire épiscopal. Il revient sur les mois écoulés et esquisse ses projets pour les prochaines années.

“Le mardi au vicariat, le mercredi en paroisse, le jeudi au Conseil épiscopal, et le vendredi en visite sur le terrain… Pour finir, j’étais écartelé entre la paroisse et le vicariat”, explique l’abbé Pascal Desthieux. Il cumulait jusque-là les charges de curé modérateur de l’unité pastorale (UP) Eaux-vives – Champel et de vicaire épiscopal de l’Eglise catholique du canton de Genève (ECR). Il gardait ainsi un pied sur le terrain en parallèle de la gestion du vicariat. Il rappelle le contexte de sa nomination et sa mission: assurer la transition vers un diocèse de Genève, à l’étude à ce moment-là, et la nomination éventuelle d’un évêque auxiliaire en 2018.

Un essai décidé d’un commun accord avec Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF), lorsque ce dernier l’a nommé en février 2016. L’essai n’est pas transformé. “La situation a généré des attentes au vicariat et parfois des difficultés. Je n’étais pas assez présent. Intéressante au début, la situation n’était plus gérable à long terme”, admet-il.

Il n’y aura pas de diocèse de Genève ni d’évêque auxiliaire. L’abbé Desthieux assurera sa fonction de vicaire épiscopal à plein temps à partir du 1er septembre. Il “redevient” vicaire épiscopal ordinaire et occupera donc sa fonction au-delà de 2018. La voix est sereine et le choix, dicté par les circonstances, semble le soulager.

Des projets

Les projets ne manquent pas. Il aura le temps de passer dans les paroisses pour rester au contact du terrain, et d’achever les visites pastorales qu’il avait entamées dès sa nomination. “J’ai une belle image de ce qui se vit dans le canton”. Il insiste sur le dynamisme des équipes rencontrées, les idées qu’il a vues se concrétiser dans les communautés. “Dès la rentrée, nous allons plancher sur les prochains objectifs pastoraux que nous mettrons en place pour la période 2017 – 2020”, annonce-t-il.

“Expérimenter un nouveau dynamisme”

“Il ne faut pas se contenter d’une pastorale d’entretien”. S’inspirant du diocèse de Sion, il a convoqué deux sessions pastorales avec l’équipe de Talenthéo, en novembre 2017 et 2018. Deux fois deux jours, pour “expérimenter un dynamisme nouveau et aller vers les périphéries”. Il envisage ces sessions dans l’optique d’un dialogue avec les curés modérateurs et les agents pastoraux pour suivre l’évolution du canton. Il ne prendra pas ses décisions du haut de son bureau “mais en concertation avec ceux qui sont sur le terrain”. “Terrain”, le mot revient souvent dans l’entretien.

La baisse du nombre de prêtres assombrit l’horizon pastoral. Une réalité qu’il va devoir gérer et une préoccupation pour les nominations dans les paroisses.

Isabelle Nielsen, nouvelle adjointe

Isabelle Nielsen, actuellement en charge de la pastorale de la famille, sera son adjointe à 50% dès le 1er septembre. Une décision qu’il a pris le temps de mûrir avec son adjoint Michel Colin responsable des agents pastoraux. Il croit à la complémentarité homme-femme. Elle le secondera pour le pôle solidarités (pastorale de la rue, de la prison, de la santé et pastorale spécialisée – handicap).

Il évoque, une pointe de regret dans la voix, l’UP des Eaux-Vives – Champel qu’il va devoir se résoudre à quitter. Pour assurer au mieux sa charge, il aménage au vicariat à la rentrée 2017. Aura-t-il le temps de trouver le silence? “Il semble que le quartier où je vais m’installer est plus silencieux que celui des Eaux-vives. Quoi qu’il arrive, je le garderai dans la prière”.


20 ans de sacerdoce en avril

 Né le 18 mars 1970, près de Genève, Pascal Desthieux a été ordonné prêtre le 20 avril 1997 à Lausanne. Il fêtera ses 20 ans de sacerdoce au mois d’avril. Il fut ensuite vicaire à la paroisse Notre-Dame à Lausanne. De 1996 à 2001, il a été coordinateur du Centre romand des vocations (CRV). En 1999, il est nommé vicaire des paroisses d’Yverdon et de Grandson. En juillet 2001, il arrive à Romont comme curé du secteur pastoral. Il revient dans le canton de Genève en 2011. Il a été nommé vicaire épiscopal de l’Eglise catholique dans le canton de Genève le 2 février 2016. (cath.ch/bh)


Vicariat épiscopal de Genève. (Photo: B. Hallet)

L'Eglise catholique romaine de Genève teste les internautes

Les rendez-vous cinéma de l'ECR à Genève

Troisième édition des rendez-vous cinéma de l'ECR 'Il est une foi'

Actualités ›