International

L’aide de l’Église s’organise de manière inédite à Beyrouth

Dans un Beyrouth sinistré, les 38 membres de la ROACO (Réunion des Œuvres d’Aide aux Églises Orientales) coordonnent à la demande du Saint-Siège leurs actions sous l’égide de l’Œuvre d’Orient et de la Catholic Near East Welfare Association (Cnewa). Ensemble, ils souhaitent faire face à l’urgence humanitaire, sanitaire et sociale après l’explosion survenue dans le port de la capitale libanaise, le 4 août 2020. Un tableau partagé répertoriant les centaines de projets à financer est lancé ce 17 septembre 2020, a appris l’agence I.MEDIA.

À Beyrouth, le 4 septembre 2020, aux côtés du cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, le nonce apostolique au Liban, Mgr Joseph Spiteri, avait officiellement annoncé que l’Œuvre d’Orient et la Cnewa allaient coordonner les aides des 38 associations membres de la ROACO. Une initiative inédite. L’annonce intervenait un mois jour pour jour après la terrible explosion dans le port de Beyrouth, qui a fait près de 200 morts et plus de 6’500 blessés.

Présents sur place, l’Œuvre d’Orient et la Cnewa ont donc identifié les structures chrétiennes victimes de l’explosion. «Nous avons fait un travail de fourmi pour établir un diagnostic précis», confie à I.MEDIA Vincent Gelot, responsable-projets pour l’Œuvre d’Orient au Liban. Hôpitaux, dispensaires, écoles, centres sociaux, églises, couvents ou encore évêchés et archevêchés touchés par l’explosion ont ainsi été répertoriés dans un tableau. «Tous les membres de la ROACO peuvent accéder au tableau et choisir leurs projets à financer. Cet outil permet en outre de faire en sorte que tous les acteurs voient les besoins et les engagements de chacun, afin qu’on ne ‘doublonne’ pas ou qu’on n’oublie pas une aide», détaille le jeune homme. Toujours pour faciliter le processus, lorsqu’un membre de la ROACO s’engage sur un projet, l’Œuvre d’Orient ou la Cnewa le met ensuite en relation avec les responsables de la structure en question.

Des hôpitaux très endommagés

Le tableau doit être opérationnel ce jeudi 17 septembre. Vincent Gelot rapporte que la nonciature au Liban se réjouit de cette «coordination inédite pour la ROACO». Parmi les projets répertoriés, l’hôpital de Gemmayzé, est «très endommagé» par l’explosion, peut-on lire sur le tableau que l’agence I.MEDIA a pu consulter. Le montant des dégâts de cet établissement tenu par les Sœurs du Rosaire est estimé à près de 2 millions de dollars. Pour ce projet, plusieurs membres de la ROACO ont d’ores et déjà répondu présents comme Misereor, Porticus, l’Œuvre d’Orient ou l’Archidiocèse de Cologne. L’hôpital Geitawi de la Sainte Famille maronite qui compte 260 lits déplore pour sa part près de 1,9 million de dollars de dégâts. Là, les ascenseurs, les vitres, l’équipement biomédical ou encore l’ensemble de l’étage pédiatrique ont été également très endommagés.

L’estimation chiffrée des dommages reste une opération délicate compte tenu de l’ampleur de la catastrophe. «Les devis sont difficiles à faire, notamment à cause de la hausse très importante des prix et de la fragilité de l’économie», ajoute Vincent Gelot. Depuis plusieurs mois, le pays du Cèdre souffre d’une grave crise économique et d’une très forte inflation que l’explosion du 4 août n’a fait qu’accélérer. Les budgets estimés seront donc probablement réévalués au fil du temps. (cath.ch/imedia/hl/rz)

Les travaux de reconstruction ont commencé à Beyrouth, après l'explosion du 4 août sur le port | © Prachatai/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0
17 septembre 2020 | 15:37
par I.MEDIA
Beyrouth (30), Liban (168), Oeuvre d'Orient (15), ROACO (8)
Partagez!