Le Rassemblement pour un renouveau réformé ou R3, remplace le Forum évangélique réformé.
Suisse
Le Rassemblement pour un renouveau réformé ou R3, remplace le Forum évangélique réformé.

Lancement au sein de l'Eglise vaudoise du Rassemblement pour un renouveau réformé R3

14.04.2016 par Jacques Berset

A l’heure où les Eglises réformées en Suisse romande traversent une passe difficile, avec des  temples qui se vident et des fidèles vieillissants, des réformés vaudois se définissant comme proches d’une “orthodoxie généreuse” ont fondé le Rassemblement pour un renouveau réformé ou R3, remplaçant ce qui s’appelait par le passé le Forum évangélique réformé.

Engagés dans le dialogue œcuménique, Shafique Keshavjee et Martin Hoegger, qui ont été ministres au sein de de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV), sont les coprésidents du R3. Plusieurs pasteurs encore en activité au sein de l’EERV font également partie du comité.

Un mouvement issu de l’Eglise évangélique réformée vaudoise

L’assemblée générale de lancement de ce mouvement se tient dans les locaux de la communauté des sœurs de Saint-Loup, le 14 avril 2016. Le R3 publie à cette occasion un document théologique de base intitulé “Le Manifeste bleu“.

Ce mouvement est issu de l’EERV. Il est né plus précisément de la volonté de certains de ses membres ayant refusé l’adoption par l’EERV du rite pour les couples de même sexe liés par un partenariat enregistré, en 2013, et insatisfaits du fait que leur point de vue sur l’homosexualité n’ait pas été reconnu.

Le R3 ne veut pas sortir de l’Eglise réformée

Si l’on en croit le pasteur Gérard Pella, l’un des porte-parole du R3, les membres de ce mouvement – qui ne veut pas à sortir de l’Eglise réformée, dans laquelle ils tiennent “à confesser et à vivre la foi chrétienne qui nous est commune” –  ne cherchent pas à “conquérir” le synode de l’EERV, “mais à renouveler l’Eglise réformée”.

En ce qui concerne l’aspect institutionnel, le R3 souhaite aussi vivre une relation de confiance avec les autorités de son Eglise, “qui devront prendre en compte la diversité des courants théologiques et davantage prendre leurs décisions sur le mode du consensus”.

Par ailleurs, le R3 se sent proche du courant récemment créé des “Attestants” en France, qui s’opposent à un libéralisme théologique “qui fait des ravages en France comme en Suisse”, note Serge Carrel, journaliste au sein de la Fédération romande d’Eglises évangéliques/FREE. Le R3 a également des affinités avec le “Landeskirchen-Forum” en Suisse alémanique.

Soutien à la création de la Haute Ecole de théologie (HET-pro)

Vu son attachement à la croissance et au renouveau des Eglises réformées, ce mouvement soutient la création de la Haute Ecole de théologie (HET-pro), dont l’ouverture est annoncée à Saint-Légier (VD) pour septembre 2017. Elle se veut protestante, professante et professionnalisante.

“La constitution du R3 permet la cristallisation d’un courant au sein de l’EERV qui n’a eu que peu voix au chapitre au sein des autorités ecclésiales de cette Eglise protestante, tant au conseil synodal (exécutif) qu’au synode (législatif). Tout en cherchant à rassembler large, il permet aux réformés ‘orthodoxes’ de souligner leur conception plus classique de la lecture de la Bible et mettre en réseau leurs ressources, écrit Serge Carrel.  (cath.ch-apic/com/free/be)

 


Messe à la cathédrale Notre-Dame de Lausanne | © Olivier Schöpfer

La cathédrale de Lausanne fait le plein pour la messe annuelle

Onze nouveaux ministres de l'EERV seront accueillis lors de la Journée cantonale (Photo:EERV)

La Journée des réformés vaudois se penche sur "l'appel"

Actualités ›