Le diable est-il prêt à tout pour faire capoter une homélie ? | Illustration de Richard Henry Clements Ubsdell, XIXe siècle.
Suisse
Le diable est-il prêt à tout pour faire capoter une homélie ? | Illustration de Richard Henry Clements Ubsdell, XIXe siècle.

L'anti-manuel de prédication: un livre (in)utile

11.01.2019 par Maurice Page

Après son Petit manuel, la joie de prêcher, publié en automne dernier, l’abbé François-Xavier Amherdt revient sur le sujet avec L’anti-manuel de prédication. Avec pour complice le chanoine de Saint Maurice Guy Luisier, le professeur de l’Université de Fribourg livre à ses lecteurs les 66 tactiques du diable pour faire échouer une homélie.

A l’instar des albums de Tintin, où un diablotin tente d’attirer vers lui les protagonistes de l’histoire (y compris le chien Milou!) alors qu’un angelot s’efforce de les garder du côté du bien, les deux auteurs jouent les avocats du diable. A la tactique du diable, sur la page de gauche, répondent, sur la page de droite, l’antidote de l’ange et une thérapie. Derrière le ton plein d’humour et d’auto-dérision, le lecteur découvre les plus gros défauts des prédicateurs. Mais il constate aussi que le diable se cache parfois dans les détails.

François-Xavier Amherdt, professeur de théologie pastorale à l’Université de Fribourg | © Bernard Litzler

Le chanoine Guy Luisier | Abbaye de St-Maurice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En onze chapitres, 66 thèmes et 176 pages, l’abbé Amherdt et le chanoine Luisier ferraillent contre la paresse intellectuelle, l’usure des mots, la distance, la routine, la jalousie, la division et le découragement. Tous deux admettent parler d’expérience, le premier comme professeur d’homilétique à l’Université de Fribourg, le second comme enseignant et recteur du collège de St-Maurice et missionnaire au Congo. Largement fondée sur les enseignements du pape François dans son exhortation apostolique La joie de l’Evangile, la rubrique antidote offre des pistes pour retrouver le goût de la parole. Cath.ch vous en propose un petit florilège:

Les tactiques du diable

  • Pourquoi travailler des heures à lire et étudier un bout d’Evangile pour en tirer une parole pertinente et percutante?  Avec un peu d’habitude et d’adresse, tout un chacun arrive à dire deux ou trois choses pas trop nulles…
  • Certains prêtres sont excellents dans l'”empathie molle” […] Ils font tellement peu de mal qu’ils ne font pas grand bien.
  • L’homélie devant parler de la Vie, il y a des prédicateurs […] qui ont tôt fait d’enlever la majuscule et de parler de “leur vie”.
  • Les jeunes prédicateurs, frais émoulus des facultés de théologie, ont passé des années dans les livres d’exégèse (si possible allemande). […] Toutes ces merveilles sublimes sont choses communes pour eux. Ainsi pensent-ils qu’il en est de même pour ceux qui les écoutent.
  • Faisons croire aux prêtres qu’ils n’ont rien à dire sur les sujets sexuels ou familiaux parce qu’ils ne vivent ni en couple ni en famille.
  • Un moyen intéressant de faire passer les lectures par pertes et profits est de mettre en avant les journées officielles internationales (de la femme, de la faim)… on n’a que l’embarras du choix.
  • Il faut dépouiller l’Evangile, l’assécher au maximum. L’exercice est difficile parce qu’il faut bien concéder […] que ce sacré texte a des tripes.
  • Il faut surfer sur cette vague de sagesse non-violente et faire en sorte que Jésus vienne simplement allonger cette liste de ceux qui ont apporté quelque chose à l’humanité, sans trop préciser quoi.
  • La morale et la doctrine chrétiennes sont vues comme des faiblesses quand, au lieu de leur ‘solidité’, on parle de ‘rigidité’, au lieu de leur ‘stabilité sécurisante’, on parle de leur ‘froideur crispante’.
  • Les mots bien à cacher sont ‘responsabilité’, ‘souci de l’autre’, ‘formation de la conscience’…à bannir absolument
  • Cela fait deux mille ans qu’ils prêchent; les bords de leur chaire sont usés; les bords de leurs mot aussi.
  • Il peut y avoir trop de mots dans une homélie. Il arrive très souvent que l’assemblée sente que c’est trop.
  • Il faut inciter les prédicateurs à donner sur le monde plus de questions que de réponses, à élaborer les questions de manière nébuleuse et entortillée […] sans évoquer les pistes pour en sortir.
  • La plupart des ministres sont tellement éloignés ou exaspérés par les aspects électroniques de leur pastorale, qu’ils préfèrent laisser ces basses préoccupations […] à un servant d’autel de 9 ans spécialiste de la ‘play-station’. […] Il faut tout faire pour que seuls les incompétents touchent les boutons du son.
  • Tirer sur l’évêque permet de viser le centre de la cible. […] L’évêque n’étant pas parfait par nature, […] On trouve facilement un point ou l’autre où il a fait faux ou pas très juste, à moins qu’il ne fasse rien.
  • Il faut se méfier, comme d’orgueilleux révolutionnaires des laïcs qui ont fait théologie. […] Il est important que les membres du clergé posent un cordon sanitaire autour de leur caste consacrée.
  • Il est très fécond de bien accentuer le clivage entre les idées pastorales que l’on définira lourdement comme ‘progressistes’ et ‘intégristes’.
  • Il ya des prédicateurs qui sont des adeptes de la méthode Coué en matière de diagnostic ecclésial. Dire que tout va bien, .dire que tout va bien, dire que tout va bien.

L’antidote de l’ange

  • Tout prédicateur est un Paul en puissance, il est habité de la force intérieure qui brûlait l’apôtre des nations: “Malheur à moi si je n’évangélise pas!”
  • La prédication n’est pas une pizza congelée réchauffée au micro-ondes
  • C’est vers Dieu que le prédicateur dirige l’assemblée, c’est le Seigneur qu’il fait aimer.

 

 

 

  • Si nous parlons humain, nous parlons divin (Maurice Zundel)

 

 

 

  • L’ensemble de l’activité pastorale, tissée de mille rencontres, se laisse croiser et filer avec le monde des textes bibliques.
  • Mieux vaut 5 minutes compactes et structurées qui apportent quelque chose, plutôt que 18 minutes diluées, même si on est évêque.

 

  • Pour beaucoup de nos contemporains, le christianisme n’est qu’une religion du livre à côté d’autres manuels de développement personnel. Or c’est une présence dans l’histoire que nous prêchons, le premier de cordée dans les pas duquel nous nous inscrivons.
  • “Nous proclamons un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens” (1 Cor.1,23)

 

  • Les dogmes font office de formules ciselées lors des grands conciles de l’Eglise pour essayer de dire le mystère et donc d’exprimer la Parole de Dieu de manière à en vivre.
  • L’éthique chrétienne est ‘naturelle’ parce qu’inscrite dans la nature de l’homme et dans son cœur profond.
  • La Parole n’est jamais périmée. Elle ne connaît pas de ‘Migros-Data’.

 

  • Que l’amen final d’un sermon […] ne retentisse pas comme un ‘ouf’ de soulagement
  • Le prédicateur ressemble à l’arbitre de football, à la fois pleinement ‘dans’ le jeu, […] mais pas ‘du jeu’ puisqu’il se contente d’assurer le bon déroulement de la ‘rencontre’.
  • Un des premiers soucis de tout pasteur consiste donc à vérifier si son prédécesseur lui a légué une sonorisation correcte.

 

 

 

  • La joie de l’Evangile requiert la convergence de toutes les forces autour des successeurs des apôtres.

 

 

  • Il est donc précieux de préparer régulièrement la prédication en équipe pastorale, avec les agents pastoraux laïcs ou les groupes de la paroisse.

 

  • Dans la prédication comme dans l’évangélisation, c’est la passion pour l’amour de Dieu avec lequel nous avons vécu une rencontre personnelle déterminante qui l’emporte
  • J’invite les diablotins à lire le chapitre 2 de la Joie de l’Evangile. […] C’est une opération ‘bas les masques’ que mène au pas de charge le pape François.

L'abbé François-Xavier Amherdt présidait la messe à l'Hospice du Gd-St-Bernard | © RTS

'La joie de prêcher' selon l'abbé Amherdt

Mgr Morerod a ouvert le mois de la Mission universelle | © Missio Martin Bernet

Ouverture d’un Mois de la Mission universelle aux saveurs péruviennes

Actualités ›