Suisse

Lausanne: «Pégase» vole au secours des personnes confinées

Grâce à l’opération «Pégase», de jeunes bénévoles de l’association «For Equity», en lien avec la Pastorale d’animation jeunesse de l’Eglise catholique dans le canton de Vaud (PASAJ), se chargent de porter leurs courses aux personnes fragiles confinées pendant la pandémie de coronavirus.

«Je suis épaté de voir le nombre de jeunes qui se mobilisent pour aider», lance Alain Toueg. L’aumônier à PASAJ a dû refuser des offres spontanées de volontariat, face aux petits moyens à disposition de son équipe. «For Equity», l’association avec laquelle il travaille, en étroite relation avec PASAJ, possède en effet un seul véhicule. Depuis mi-mars, il est utilisé presque exclusivement pour apporter les courses aux personnes confinées dans la région lausannoise.

Demande importante

Les jeunes, par équipes de deux, un chauffeur et un accompagnant, se coordonnent avec les demandeurs pour l’heure de la livraison. Ils déposent les sacs devant la porte et tentent de ne pas entrer en contact avec les résidents. Alain Toueg souligne que des mesures d’hygiènes maximum sont prises lors de ces démarches. Les bénévoles portent notamment des gants et des masques.

Les volontaires sont principalement d’anciens élèves du Gymnase de Morges, où Alain Toueg a été aumônier. La douzaine de jeunes se relaient de 8h à 12h et de 14h à 20h. La demande est plutôt importante. Trente et une rotations ont été effectuées depuis le début de l’opération, le 14 mars, indique l’agent pastoral vaudois.

«L’envie d’aider est vertigineuse, dans toute la jeunesse»

Le service «Pégase» était en fait déjà en place avant la crise du coronavirus au sein de «For Equity», dans le cadre d’une aide aux personnes en difficulté. Mais il a été adapté en conséquence. L’association coopère également avec des paroisses de la région qui leur signalent des personnes ou des familles ayant besoin d’aide.

Au vu de la demande, qui devrait en outre encore augmenter avec la continuation probable des recommandations de rester chez soi, «For Equity» envisage de mettre en place une centrale téléphonique. Jusqu’à maintenant, Alain Toueg s’est chargé de gérer les appels.

Repas équilibrés pour les personnes marginalisées

L’idée fait son chemin de proposer des repas chauds et équilibrés aux personnes qui en auraient besoin. Deux bénévoles pourraient être à disposition pour cuisiner. La crise du coronavirus a fait en sorte que des personnes marginalisées, qui avaient l’habitude de manger dans des cantines ou dans des lieux d’accueil, se sont retrouvées confinées, relève Alain Toueg.

Pour ces personnes en particulier, une telle offre pourrait être souhaitable. En dehors des démarches d’aide, elles n’ont en effet ni l’habitude, ni souvent la possibilité de cuisiner. Elles ont ainsi tendance à s’acheter de la nourriture déjà prête, bon marché et souvent malsaine. «Le but serait donc qu’elles puissent avoir accès à des plats sains et équilibrés». Tout cela à un prix abordable pour les plus bas revenus.

Une «contagion de solidarité»

L’agent pastoral souligne que les associations ne peuvent pas prendre en charge toutes les situations. Il appelle les citoyens à s’entraider au niveau de leur lieu de vie, quartier ou immeuble.

Mais l’élan qu’il voit actuellement dans la population, et notamment chez les jeunes, lui donne beaucoup d’espérance. «L’envie d’aider est vertigineuse, dans toute la jeunesse. Pour les jeunes croyants, je constate ce fort besoin de vivre concrètement les valeurs de l’Evangile. Je remarque une nouvelle façon de faire Eglise, davantage liée, pour eux, à la vie communautaire, à la construction d’un monde meilleur, qu’à la pratique religieuse au sein de l’institution». En parallèle à la propagation du virus, Alain Toueg se réjouit de voir se développer «une contagion de solidarité». (cath.ch/rz)

Alain Toueg (à g.) avec deux participants de l'opération «Pégase» (la photo a été prise avant les recommandations de distance sociale du Conseil fédéral) | © For Equity
25 mars 2020 | 10:16
par Raphaël Zbinden
Partagez!