Le cardinal Kevin Farrell, péfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, présidant la prière du Chemin de croix des jeunes à Saint-Jean de Latran | © Jacques Berset
International
Le cardinal Kevin Farrell, péfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, présidant la prière du Chemin de croix des jeunes à Saint-Jean de Latran | © Jacques Berset

Le cardinal Farrell rembourse les dons reçus d'un évêque accusé d'abus            

10.06.2019 par Jacques Berset, cath.ch, avec I.Media

Accusé de harcèlement sexuel et d’abus financiers, Mgr Michael J. Bransfield, évêque de Wheeling-Charleston, dans l’Etat américain de Virginie-Occidentale, a remis sa démission en septembre 2018. Selon la presse nord-américaine, il aurait offert des cadeaux totalisant 350’000 dollars à de jeunes prêtres qu’il est accusé d’avoir abusés ainsi qu’à une douzaine de cardinaux.

Plusieurs responsables de l’Eglise aux Etats-Unis et au Vatican ont ainsi reçu des dons d’argent de cet évêque américain, qui a présidé aux destinées du diocèse de Wheeling-Charleston durant 13 ans, révèle une enquête du Washington Post publiée le 5 juin 2019. Le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, a ainsi reçu plusieurs dizaines de milliers de dollars qu’il s’est engagé à rembourser.

Une culture de la peur des représailles

C’est ce qu’a rapporté le Washington Post, en précisant s’appuyer sur les documents qu’il a obtenus. Le 13 septembre 2018, le Vatican avait annoncé la démission de Mgr Michael Bransfield, évêque de Wheeling-Charleston, et la nomination de Mgr William Lori, archevêque de Baltimore, comme administrateur apostolique. Parmi ses missions, Mgr Lori devait diligenter une enquête menée par cinq experts laïcs, après des accusations d’abus sexuels et financiers commis par Mgr Bransfield.

En mars 2019, cette enquête avait abouti à une interdiction faite à l’évêque démissionnaire d’exercer publiquement son ministère. Mgr William Lori a relevé que l’ancien évêque de Wheeling-Charleston avait utilisé de façon abusive des fonds de l’Eglise, notamment pour les rénovations de plusieurs résidences et pour son bénéfice personnel, en s’octroyant de façon indue des voyages personnels, des repas, de l’alcool, des cadeaux et des articles de luxe.

Repas, alcool, cadeaux et articles de luxe

L’enquête a révélé que le style de gestion et la personnalité de l’ancien évêque sapaient l’efficacité des politiques diocésaines, des contrôles et des procédures de surveillance. “Dans certains cas, il est évident que le jugement du personnel diocésain a été influencé par la culture de la peur des représailles que l’ancien évêque a entretenue”, souligne Mgr Lori, cité par l’agence de presse catholique américaine CNA.

Selon le Washington Post, Mgr Bransfield a offert pendant son ministère épiscopal – de 2005 à 2019 – d’importantes sommes d’argent à 137 membres du clergé, dont plusieurs cardinaux, aux Etats-Unis ou à Rome. Parmi eux, figure le cardinal Farrell, qui a ainsi perçu 29’000 dollars pour la rénovation de son appartement au Vatican. Suite aux révélations du journal américain, le cardinal d’origine irlandaise, également camerlingue de l’Eglise, s’est engagé à rembourser cette somme.

Révélations gênantes du Washington Post

Les noms de 11 membres influents de l’Eglise catholique qui auraient accepté un chèque de Mgr Bransfield auraient été rayés d’un rapport remis au Vatican, dont celui de l’archevêque responsable de l’enquête, Mgr William Lori. Il aurait reçu 10’500 dollars, selon le Washington Post, et il a déclaré vouloir verser cet argent à une œuvre de charité catholique.

Dans un esprit de totale transparence, a déclaré Mgr Lori, “j’estime nécessaire de reconnaître que j’ai reçu au fil des ans des dons financiers de montants variables de la part de Mgr Bransfield à diverses occasions, y compris lors de mon installation comme archevêque de Baltimore en 2012 et annuellement à Noël”. Mgr Lori a déclaré qu’après que l’étendue de l’inconduite financière de Mgr Bransfield soit devenue évidente, il a remboursé un total de 7’500 dollars au diocèse de Wheeling-Charleston avec pour instruction que ces fonds soient utilisés pour des œuvres de bienfaisance catholiques.

Le cardinal Raymond Burke parmi les bénéficiaires

Totalisant 350’000 dollars, les dons de Mgr Bransfield – en chèques ou en espèces – lui étaient ensuite remboursés par son diocèse. Si celui-ci se situe dans une zone plutôt défavorisée et où seulement 4% de la population est catholique, il est propriétaire de terrains où du pétrole a été découvert. Ces dernières années, l’exploitation de ces ressources a dégagé un revenu de 15 millions de dollars en moyenne.

D’autres récipiendaires des dons de Mgr Bransfield, comme Mgr Lori ou Mgr Carlo Maria Viganò, ancien nonce à Washington, ont assuré avoir offert les sommes à des œuvres de charité, ou se sont désormais engagés à le faire. Le très conservateur Raymond Burke, cardinal-patron de l’Ordre de Malte et préfet émérite du Tribunal de la Signature apostolique, aurait lui aussi reçu des dons de la part de Mgr Bransfield. (cath.ch/cna/wpost/imedia/be)


Cardinal George Pell | © KNA

L'opinion australienne divisée après la confirmation de la condamnation du cardinal Pell

Les membres du groupe Sapec au premier rang des manifestants contre les abus sexuels dans l'Eglise | © kath.ch

Pétition contre les abus sexuels remise au nonce apostolique

Actualités ›