Le cardinal Gerhard Ludwig Müller fait le point sur Medjugorje et les lefebvristes

Rome, 03.08.2015 (cath.ch-apic) Le cardinal allemand Gerhard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), fait le point dans une interview sur le prochain synode sur la famille, sur l’affaire des apparitions de Medjugorje et sur les rapports avec les lefebvristes.

Le prochain synode sur la famille devra «trouver des voies pastorales pour une plus forte intégration dans la communauté» des personnes qui se trouvent «dans des situations difficiles», sans pour autant «minimiser la parole de Jésus et l’enseignement de l’Eglise qui en découle», déclare le prélat allemand à l’agence de presse catholique allemande KNA, dans une interview reprise par la presse italienne le 3 août 2015.

Dans cette interview, le préfet de la CDF revient également sur le récent voyage du pape François en Amérique latine, qui, selon lui, a montré que l’Eglise doit s’engager «pour une authentique théologie de la libération», une théologie qui «n’est pas alignée idéologiquement, mais qui cherche le bien de l’homme et de la société».

Les traditionalistes devront signer un «préambule doctrinal»

Interrogé sur les récents dossiers de la CDF, le cardinal Müller précise qu’il n’y a pas de nouveautés substantielles concernant les lefebvristes de la Fraternité Saint-Pie-X. Le pape souhaite que le dossier soit traité avec «ténacité et patience», explique-t-il, en vue de créer un «préambule doctrinal» que le groupe schismatique devrait parapher pour espérer une vraie réconciliation avec l’Eglise catholique. Ces derniers mois, il y a eu diverses rencontres qui ont permis de «renforcer la confiance réciproque», ajoute le haut prélat allemand.

Concernant la décision du Saint-Siège sur la question controversée des apparitions mariales à Medjugorje, en Bosnie-Herzégovine, le cardinal Müller affirme que les résultats de la commission spéciale dirigée par le cardinal Camillo Ruini seront étudiés par la CDF à la session ordinaire d’automne. Cette commission de cardinaux et de théologiens, réunie à la demande de Benoît XVI (2005-2013), avait amplement travaillé sur la question de mars 2010 à début 2014. A compter de l’automne prochain, la CDF devra donc étudier les travaux de cette commission puis remettre son avis au pape pour une décision. (apic/imedia/bl/be)

3 août 2015 | 17:57
par Jacques Berset
Partagez!