Un attentat terroriste a fait 91 morts le dimanche de Pâques 2019, à l'église Saint Sebastien de Negombo, au Sri Lanka | © Archidiocese of Colombo
International
Un attentat terroriste a fait 91 morts le dimanche de Pâques 2019, à l'église Saint Sebastien de Negombo, au Sri Lanka | © Archidiocese of Colombo

Le cardinal Ranjith condamne les attentats à la bombe au Sri Lanka

22.04.2019 par Maurice Page

Le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, au Sri Lanka s’est déplacé à l’église Saint-Sébastien de Negombo, à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale, après l’attentat du dimanche de Pâques qui a tué 91 personnes dans cet édifice. Il a demandé la tenue d’une enquête solide et impartiale pour trouver les responsables de huit attentats à la bombe dans le pays qui ont fait près de 300 morts .

Ces violences sont les plus meurtrières depuis la fin de la guerre civile dans le pays en 2009. Le cardinal Ranjith a dénoncé “un acte bestial et inhumain”.”Je condamne de toutes mes forces cet acte qui a causé tant de morts et de souffrances au peuple.” Il a également lancé un appel aux médecins à venir en aide aux blessés et au public pour qu’il donne du sang. Il a enfin exhorté les gens à rester calmes et à ne pas vouloir se faire justice eux-mêmes, rapporte l’agence d’information catholique Ucanews.

91 morts à l’église Saint Sebastien de Negombo

L’église Saint Sébastien de Negombo est une des plus grandes de la ville, connue comme “Petite Rome” pour le nombre de ses catholiques et de ses églises. Quelque 800 personnes assistaient à la messe de Pâques, lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser au milieu de la foule. Ranjitha Fernando, un paroissien qui cherchait des membres de sa famille parmi les cadavres a déclaré au reporter d’ucanews que les images de vidéosurveillance montraient un homme portant un lourd sac entrer dans l’église pendant la messe.

Une violente explosion a tué 91 personnes à l’église Saint-Sebastien de Negombo, le 21 avril 2019 | © Archidiocese of Colombo

Il a fait exploser son engin pendant la dernière partie de la messe tuant 91 personnes et en blessant 104 autres. Des corps et de la chair humaine étaient éparpillés autour des bancs et des murs, tandis que le toit de l’église a été soufflé.

28 morts à Saint-Antoine de Padoue

Le sanctuaire de Saint Antoine de Padoue, dans le quartier de Kochchikade, à Colombo est lui aussi connu pour attirer un grand nombre de fidèles. Une autre attaque, survenue à la même heure de la matinée, y a fait 28 morts.

Pradeep Kumar, un hindou qui vit près du sanctuaire, a dit avoir entendu une explosion vers 8h45 du matin.”J’ai entendu le bruit et j’ai vite couru à l’église. Puis j’ai vu de nombreuses personnes tuées et blessées. J’ai aidé à transporter les blessés à l’hôpital. Nous avons apporté des couvertures des maisons avoisinantes et couvert les morts “, a expliqué Kumar à ucanews.

Un attentat terroriste à fait 26 morts au sanctuaire Saint-Antoine de Padoue de Colombo, le 21 avril 2019 | © Archdiocese of Colombo

Sur place une femme hindoue était à la recherche de sa sœur et de son beau-frère qui avaient assisté à la messe de Pâques au sanctuaire. “Ma sœur, 35 ans, était mariée à un catholique. Une fois que nous avons entendu parler de l’attentat, nous sommes allés à l’hôpital, à la morgue et maintenant nous sommes venus ici pour les trouver”, a-t-elle déclaré à ucanews.

25 morts à l’église de Sion, à Batticaloa

La troisième église chrétienne touchée lors de ces attentats est l’église de Sion à Batticaloa, l’ancienne capitale, à l’est du pays. Il s’agit d’une église évangélique, rattachée à la mouvance charismatique. Elle possède également une station de radio locale en langue tamoule. L’attaque y a fait 25 morts.

Au même moment, des explosions ont également secoué les hôtels Shangri-La, Kingsbury et Cinnamon Grand dans la capitale. Alors que la police poursuivait les responsables, deux autres explosions ont été signalées. La première s’est produite près du zoo de Dehiwala, dans le sud de Colombo, et la dernière eu lieu dans le quartier de Dematagoda, à Colombo, au cours d’une descente de police, tuant trois agents.

Le bilan total actuel fait état de 290 morts, dont au moins 36 étrangers et de 500 blessés.

Le gouvernement a imposé un couvre-feu dimanche soir et bloqué l’accès aux médias sociaux, ce qui rend difficile la circulation de l’information. Il a également déclaré que toutes les écoles et universités resteraient fermées les 22 et 23 avril. À l’heure actuelle, ces attentats n’ont pas été revendiqués et on ignore qui en est à l’origine. Selon la police, 24 personnes ont été arrêtées.

Selon le recensement de 2012, sur une population d’environ 22 millions d’habitants, le Sri lanka compte 70% de bouddhistes, 12,6% d’hindous, 9,7% de musulmans et 7,6% de chrétiens.(cath.ch/ucanews/mp)

 


Des fidèles en prière devant l'église Sant’Antonio de Colombo, frappée par les attentats de Pâques, le 21 avril 2019 | © vaticannews.va

"Les victimes des attentats au Sri Lanka sont des martyrs"

Le pape veut exprimer sa proximité avec les catholiques du Sri Lanka | © Ronald Saunders/Flickr/CC BY-SA 2.0

Sur demande du pape, le cardinal Filoni s’est rendu au Sri Lanka     

Actualités ›