Vatican

Le cardinal Sarah renforce les directives concernant la Semaine Sainte

Etant donné l’évolution rapide de la pandémie de Covid-19, le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et pour la discipline des sacrements, a renforcé le 25 mars 2020 les directives concernant la Semaine Sainte.        

Le prélat guinéen a mis à jour par un nouveau décret les recommandations formulées par le décret du 19 mars 2020. Ces recommandations concernent un renforcement des consignes concernant les rites des célébrations de la Semaine Sainte.

La fête de Pâques ne peut être «déplacée»  

Le nouveau décret fait savoir aux évêques et prêtres des différents pays touchés par le coronavirus que la fête de Pâques ne peut être «déplacée» et que les rites de la Semaine Sainte seront donc célébrés «sans la présence du peuple, dans un endroit approprié, en évitant la concélébration et en omettant l’échange de paix», comme précisé dans le décret précédent. Le cardinal Sarah invite aussi tous les prêtres à informer les fidèles de l’heure du début des célébrations et encourage les retransmissions en direct.

Prenant en compte «l’évolution rapide de la pandémie de Covid-19», le cardinal Sarah a délivré de nouvelles indications concernant les rites spécifiques accompagnant le Triduum pascal et les diverses célébrations de la Semaine Sainte.

A l’intérieur de l’édifice sacré

Nouveauté de ce décret, le dimanche des Rameaux, la commémoration de l’entrée de Jésus à Jérusalem doit se faire à l’intérieur de l’édifice sacré. Les églises cathédrales doivent utiliser la deuxième forme prévue par le Missel romain; les églises paroissiales, la troisième forme.

Cette année, en raison du coronavirus, la Place St-Pierre n’accueillera pas la foule habituelle du Dimanche des Rameaux | © Jacques Berset

Les conférences épiscopales peuvent décider de reporter ou non à une nouvelle date la messe chrismale, mesure déjà présente dans le précédent décret. Lors du Jeudi Saint, le lavement des pieds, la procession et l’exposition du Saint-Sacrement sont supprimés, comme demandé le décret du 19 mars. Exceptionnellement, tous les prêtres ont le droit de célébrer la messe dans un «endroit approprié», sans la présence du peuple, précise le cardinal Sarah.

Le baiser de la croix limité au seul célébrant

Lors du Vendredi Saint, le décret rappelle que prière universelle doit prévoir une intention spéciale pour les personnes touchées par le coronavirus. L’adoration de la croix par le baiser est limitée au seul célébrant, précise le cardinal guinéen.

Le nouveau décret exhorte les prêtres à ne célébrer la Vigile pascale que dans les églises paroissiales et cathédrales, et à ce que seul le renouvellement des promesses baptismales soit maintenu. Les séminaires, maisons de prêtres, monastères et communautés religieuses en sont désormais exemptes. Les expressions de piété populaire peuvent être transférées, comme proposée dans le décret précédent, au 14 et 15 septembre.

Le prélat guinéen invite par ailleurs chacun à consacrer suffisamment de temps à la prière pendant cette période, en valorisant surtout la Liturgie des heures. (cath.ch/imedia/cd/be)

En raison du Covid-19, plus de foules enthousiastes entourant le pape François, comme le dimanche des Rameaux du 25 mars 2018 | © Jacques Berset
25 mars 2020 | 15:25
par I.MEDIA
Partagez!