Suisse

Le Conseil central islamique suisse enseigne le maniement du couteau

Le Conseil central islamique suisse (CCIS), d’orientation salafiste, a organisé fin septembre 2019 un week-end de survie incluant des leçons de manipulation du couteau. Alors que les attaques djihadistes à l’arme blanche sont en augmentation, des experts parlent de provocation.

Une annonce sur le site du CCIS, basé à Berne, propose un week-end qui comprend, outre les méthodes de survie dans la nature, «la psychologie dans des situations d’urgence», ainsi que «la manipulation du couteau» (Umgang mit dem Messer). L’annonce note bien que l’offre est réservée aux hommes.

Une «pure provocation»

L’événement n’est pas passé inaperçu, alors que le CCIS, fondé par le converti biennois Nicolas Blancho, est dans le collimateur des autorités de surveillance suisses suite à des présomptions de connivences avec les milieux djihadistes. Un recours est notamment pendant contre Nicolas Blancho, et son porte-parole, Qaasim Illi, pour propagande terroriste. La plainte concerne deux vidéos relayées par les responsables islamiques sur les réseaux sociaux, reconnues comme du matériel de propagande pour Al-Qaida.

Frédéric Esposito, politologue au «Global Studies Institute», à Genève, estime dans Le Matin Dimanche du 13 octobre 2019 que «Nicolas Blancho joue toujours avec les limites et essaie ensuite de s’en défendre». Le fait de proposer, dans le contexte actuel, des cours de maniement du couteau relève de «la pure provocation», poursuit le politologue. Il mentionne la récente attaque à la préfecture de police de Paris. Mickaël Harpon, un employé de l’institution radicalisé, a tué quatre de ses collègues au couteau avant d’être abattu. L’attaque s’est toutefois produite le 3 octobre, soit après le week-end de survie organisé par le CCIS.

Un mode opératoire en augmentation

Il reste que, depuis 2010, une soixantaine d’attaques terroristes à l’arme blanche, la plupart à motivation islamiste, ont été enregistrées dans le monde, qui ont fait une centaine de morts. Une tactique en augmentation alors que les attentats de grande ampleur diminuent, avec comme corollaire une intensification des passages à l’acte de «loups solitaires», utilisant des moyens beaucoup moins sophistiqués. (cath.ch/matindimanche/arch/rz)

Le Conseil central islamique a organisé un camp de survie (photo d'illustration: Pixabay.com)
14 octobre 2019 | 10:26
par Raphaël Zbinden
CCIS (20), Islam (312)
Partagez!