Le diocèse de Sion appelle à un accueil «généreux et raisonné» des migrants

Sion, 12.11.2015 (cath.ch-apic) «L’accueil des étrangers est une exigence chrétienne». Forts de ce constat, le diocèse de Sion et l’Eglise évangélique réformée du Valais (EREV), en concertation avec les autorités du canton, ont appelé, le 9 octobre 2015, à un accueil «généreux et raisonné» des migrants.

Rappelant l’appel du pape incitant chaque paroisse à accueillir une famille de réfugiés et «ne pouvant pas rester indifférent à l’afflux actuel des réfugiés en Europe», le diocèse de Sion sollicite la générosité des valaisans. Afin de préparer un accueil «généreux et raisonné» des migrants, Mgr Jean-Marie Lovey, l’évêque de Sion, le diacre Mario Giacomino, de l’EREV, Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du département de la santé, des affaires sociale et de la culture et Roger Fontannaz, responsable de l’Office de l’asile, collaborent, avec leurs équipes, depuis quelques semaines pour structurer au mieux l’accueil des migrants dans le canton.

Une démarche concertée

«Plutôt que d’agir en ordre dispersé, nous préférons entreprendre une démarche concertée», annonce Pierre-Yves Maillard, le vicaire général du diocèse de Sion, dans un courrier envoyé à tous les agents pastoraux et aux présidents de Conseils de communauté des paroisses du diocèse. Une concertation Eglises-Etat s’est avérée effectivement indispensable pour répartir au mieux les offres tant matérielles et sociales que financières. La fondation «Le geste solidaire», le Centre Suisse-Immigrés Valais et la Plateforme interreligieuse Valais ont été associées à cette démarche. La Fédération des communes valaisannes s’est engagée, de son côté, à diffuser cet appel «largement auprès des communes du canton» et a encouragé ces dernières à soutenir les paroisses dans leurs démarches.

De la générosité mais sans précipitation

Tout en rappelant le respect des procédures inhérentes à l’accueil des réfugiés, le diocèse relaye les besoins urgents pointés par l’Office de l’asile que sont les logements et des cours de langue et d’intégration. Les dons financiers ou en nature sous forme de vêtements d’hiver, de jouets, de livres, de meubles sont aussi les bienvenus. L’engagement personnel dans l’accompagnement des réfugiés à la découverte de la région de domicile et dans la vie quotidienne serait apprécié.

La générosité mais sans précipition, précise encore la missive, indiquant que des liens de confiance doivent être établis, en amont de la démarche, garantissant le succès de l’accueil de familles, par ailleurs très éprouvées par le déracinement et une migration périlleuse vers l’Europe. La patience sera donc nécessaire pour pouvoir héberger des réfugiés, «des offres ne pouvant pas être retenues immédiatement et d’autres n’aboutissant pas» indique le courrier. L’Office de l’asile recherche, en urgence, des locaux pour y organiser des cours de langue ou d’autres activités et des salles de sport ou de gymnastique.

Le rôle des Eglises

Pour une meilleures intégration des réfugiés, les communes, les paroisses et les mouvements caritatifs sont appelés à organiser des initiatives concrètes à l’intention des réfugiés. Les paroisse catholiques sont incitées à profiter du «Dimanche des peuples», le 8 novembre prochain, et du «Jubilé des migrants», le 17 janvier 2016, pour développer cette dimension d’accueil. (apic/com/bh)


Encadré

Où s’informer?

-Office de l’asile du canton du Valais : Mme Christine Bourdin, 027/606 48 74, christine.bourdin@admin.vs.ch

-www.legestesolidaire.org

 

Le drame des réfugiés est toujours plus criant en Europe
12 octobre 2015 | 08:48
par Bernard Hallet
Asile (66), diocèse de Sion (95), Migrants (243)
Partagez!