Suisse

Le diocèse de Sion équilibre ses comptes grâce au canton

Privé des quêtes qui constituent sa principale source de revenus, le diocèse de Sion est parvenu à équilibrer ses comptes 2020 grâce à une contribution extraordinaire de l’Etat du Valais pour un montant de près de 600’000 francs.

En 2020, le diocèse de Sion a encaissé 1,6 million de francs de recettes pour 2,2 millions de dépenses. Cette perte d’exploitation de 595’000 francs a été couverte grâce à un subside extraordinaire du canton du Valais de 592’000 francs. Cette manne de l’Etat permet au diocèse se maintenir à flot, se félicite l’administrateur diocésain Stéphane Vergère. «Notre situation était franchement catastrophique. Face à cela, le canton a heureusement pris les devants et nous a contacté pour proposer une aide exceptionnelle. Quatre députés ont finalement déposé une motion devant le Grand Conseil qui a avalisé ce subside extraordinaire.»   

Les restrictions sanitaires ont coûté cher

A cause de la pandémie de covid et des restrictions sanitaires empêchant les messes, les recettes du diocèse du Sion ont connu en effet une forte chute des quêtes et des dons qui n’ont rapporté que 332’000 francs, bien loin des 950’000 escomptés au budget. En recul de 246’000 francs par rapport à l’année précédente.

Le subside ordinaire du canton d’un montant de 470’000 francs représente 22% des recettes. Le diocèse de Sion a en outre bénéficié de la solidarité des catholiques suisses par l’intermédiaire de la Mission Intérieure pour un montant de 242’000 francs.

Un déficit structurel

Côté dépenses, l’administration générale absorbe 850’000 francs et les services diocésains (catéchèse et pastorales spécialisées) coûtent 820’000 francs composés essentiellement des salaires des agents pastoraux et du personnel. 141’000 francs ont été aux missions linguistiques, tandis que 360’000 francs revenaient aux tâches romandes et suisses.

Stéphane Vergère précise encore qu’un montant de 200’000 francs provenant des dons et des legs a pu être mis en provision pour l’année 2021 qui sera aussi difficile.

Le déficit est structurel, insiste l’administrateur. Pour lui, il s’agit de revoir la contribution de l’Etat au fonctionnement du diocèse. «Pour 2021, la contribution ordinaire passera à 600’000 francs, mais il nous faudrait un million. Ce qui est minime par rapport au budget de l’Etat (3,72 milliards ndlr)»  (cath.ch/com/mp)

La vieille-ville de Sion autour de la cathédrale | © Maurice Page
13 avril 2021 | 16:21
par Maurice Page
Partagez!