Mgr David Martinez, évêque, vicaire de Puerto Maldonado, au Pérou. | © Jean-Claude Gérez
International
Mgr David Martinez, évêque, vicaire de Puerto Maldonado, au Pérou. | © Jean-Claude Gérez

“Le Pape a lancé le synode pour l’Amazonie à Puerto Maldonado“, assure Mgr David Martinez

08.05.2019 par Jean-Claude Gerez, correspondant de cath.ch en Amérique latine

Pour Mgr David Martinez de Aguirre Guinea, vicaire apostolique de Puerto Maldonado, au Pérou, et nommé le 4 mai Secrétaire exécutif du Synode pour l’Amazonie, cette rencontre des évêques, du 6 au 27 octobre au Vatican, va “nous ouvrir une porte pour l’audace, pour rêver sans crainte“.

Dans un entretien accordé au site d’informations brésilien Instituto Humanitas Unisinos – IHU, l’évêque de Puerto Maldonado a expliqué que la visite du pape François, en janvier 2018, avait permis de situer cette petite ville de l’Amazonie péruvienne sur la carte ecclésiale et avait procuré au prélat une “énorme joie“. Pour lui d’ailleurs, “le Pape a lancé le synode pour l’Amazonie à Puerto Maldonado“.

“Le pape François a eu la possibilité de découvrir les problèmes de l’Amazonie et de ses peuples. Une région qui continue d’être considérée comme la terre de personne, une terre à conquérir et à coloniser, ou tout le monde peut venir, s’installer sans que personne ne puisse interdire“, a ainsi expliqué l’évêque dominicain, missionnaire dans le vicariat de Puerto Maldonado depuis 2002.

“Accumuler… les relations humaines!“

Dans le cadre de l’interview, le religieux d’origine espagnole avoue avoir découvert aux côtés des indigènes une autre forme de compréhension de la vie, qui devrait être également celle prise en compte par la société occidentale, à savoir “seulement accumuler les relations humaines“.

Mgr David Martinez de Aguirre Guinea, considère à ce titre que le Synode pour l’Amazonie est un moment historique pour “voir quelle Église nous voulons, pour prendre conscience que nous devons nous réveiller de cette léthargie dans laquelle nous sommes plongés“. (cath.ch/jcg/bh)


Un indien de la communauté indigène Kaiapo (Amazonie, Brésil). (Photo: J.C. gerez

Le synode sur l'Amazonie se distingue par une double dimension, ecclésiale et écologique

L'Eglise doit tenir compte de la cosmovision particulière des populations indigènes | © Jacques Berset

Synode sur l’Amazonie: populations isolées privées d’accès aux sacrements

Actualités ›