Vatican

Le pape appelle orthodoxes et catholiques à progresser vers l’unité

Devant le synode permanent de l’Eglise orthodoxe roumaine, le pape François a exhorté le 31 mai 2019 à mettre de côté les torts subis et causés. Ainsi, a-t-il assuré, catholiques et orthodoxes pourront trouver une atmosphère familiale.

Après un premier discours devant les autorités et un déjeuner à la nonciature, l’évêque de Rome a retrouvé au palais patriarcal le patriarche Daniel, chef de l’Eglise orthodoxe roumaine. Les deux hommes ont échangé en tête-à-tête pendant une trentaine de minutes, avant de retrouver le synode permanent de cette Eglise orthodoxe autocéphale. «Je suis venu ici en pèlerin désireux de voir le visage du Seigneur sur le visage des frères», a assuré le pape en ouverture de son allocution devant ces responsables orthodoxes.

Des racines communes saines et fortes

Vingt ans après la visite historique de Jean Paul II en Roumanie marquant le «refleurissement» des relations entre catholiques et orthodoxes, ceux-ci doivent marcher ensemble, a demandé le successeur de Pierre. Pour cela, il faut mettre de côté la mémoire des torts subis et causés et des préjugés qui enferment dans un cercle vicieux et des attitudes stériles. A l’inverse, il faut faire mémoire des racines saines et fortes des siècles de foi commune et des témoignages quotidiens de foi. Cette atmosphère familiale a redécouvrir doit être la lampe du chemin, a plaidé le pape argentin.

Entre le Siège apostolique romain et l’Eglise orthodoxe roumaine, a rappelé le pontife, les liens remontent aux Apôtres : le premier a été fondé par Pierre, la seconde par son frère André. Cette fraternité de sang s’est ensuite poursuivie dans une «fraternité du sang», les deux frères étant morts martyrs. A leur image, de nombreux chrétiens, en particulier pendant  l’ère communiste athée, ont été persécutés. Pour le pape, le don de leur vie est un héritage commun trop précieux pour être oublié ou déshonoré.

La pollution de la mondialisation uniformisante

Aujourd’hui, a proposé le pontife, ces liens sont nécessaires pour résister aux séductions de la culture de la haine, née d’une mondialisation uniformisante qui a déraciné les valeurs des peuples et permis l’émergence d’un vivre ensemble «pollué» par la peur et la fermeture. Orthodoxes et catholiques doivent donc être ensemble des acteurs pour le bien. Une telle relation de confiance, a assuré le pape, existe déjà dans les pays d’Europe occidentale où sont présents des orthodoxes roumains. Là, les croyants savent qu’ils sont frères et non étrangers.

En conclusion de son discours, le pape François a adressé une longue prière pour l’unité à l’Esprit Saint qui dédaigne l’uniformité et aime modeler l’unité dans la diversité. «Que son feu, a-t-il imploré, consume nos méfiances, que son vent balaie les réticences». Alors, a-t-il espéré, les chrétiens de différentes confessions pourront marcher ensemble sur des voies nouvelles, forts de la même foi en la Résurrection.

Après ce discours, le chef de l’Eglise catholique doit se diriger en papamobile vers la nouvelle cathédrale orthodoxe de Bucarest. Il y retrouvera le patriarche Daniel pour un moment de prière, sans que celle-ci ne se fasse véritablement ensemble. (cath.ch/imedia/xln/mp)

Le pape François est reçu par le patriarche ortohodoxe roumain Daniel à Bucarest | © AP Photo/Andrew Medichini
31 mai 2019 | 15:50
par Maurice Page
Partagez!