Le cardinal Bechara Raï, patriarche d'Antioche des maronites | © Maurice Page
International
Le cardinal Bechara Raï, patriarche d'Antioche des maronites | © Maurice Page

Le pape aux Emirats "a créé une ambiance positive" dans toute la région

05.02.2019 par Jacques Berset

La visite du pape François aux Emirats Arabes Unis  (EAU), qui s’est achevée le 5 février 2019, est très importante aux yeux du patriarche maronite Béchara Raï. Le cardinal libanais  estime que la venue du pontife dans la Péninsule a créé une ambiance positive, non seulement aux Emirats, mais également dans tout le Moyen-Orient.

Les répercussions se font sentir au niveau régional et même mondial, a-t-il déclaré au quotidien libanais “L’Orient-Le Jour”. Le fait que cette visite coïncide avec l’organisation de la conférence sur la “Fraternité humaine” ainsi que sa rencontre avec le grand imam de l’Université d’Al-Azhar, au Caire, “sont un signe et un message au monde entier, et surtout aux chrétiens et aux musulmans, pour arrêter de politiser la religion, arrêter les guerres”.

Non à la politisation de la religion

“Les peuples ont le droit de vivre en paix et en sécurité au nom de la fraternité humaine. Il est temps de dénoncer tous ceux qui utilisent leurs intérêts économiques, politiques ou militaires pour mener des guerres destructrices”, souligne-t-il.

Soulignant de rôle du Liban en tant que “modèle du vivre-ensemble dans le respect mutuel et l’égalité”, il relève que le Pays des Cèdres est un exemple de diversité culturelle, religieuse et ethnique, et qu’il faut le protéger avec tout ce qu’il représente. “Il convient aux Libanais d’être conscients qu’ils ont une mission à accomplir, celle du vivre-ensemble”.

Séparer l’Etat de la religion, mais pas de Dieu

Les Libanais sont appelés à bâtir “un pays qui sépare l’Etat de la religion, mais qui ne sépare pas l’Etat de Dieu”. D’où l’importance d’avoir un Etat démocratique qui respecte les droits de toutes les religions et croyances, ainsi que les droits humains. Et de lancer aux Libanais: “N’oubliez pas votre nature, oubliez plutôt vos intérêts privés. Quelqu’un m’a dit aujourd’hui que la place naturelle d’une telle conférence est au Liban, mais les Libanais ont oublié le rôle du Liban. J’espère que cet événement aux Emirats leur donnera l’occasion de faire une introspection”.

Lors de la grande conférence interreligieuse à l’hôtel Emirates Palace, d’Abou Dhabi, intitulée  “Fraternité humaine”, le prélat libanais a rappelé que la fraternité est le lien qui lie les êtres humains au-delà de leurs différences ethniques, religieuses, culturelles et politiques. “Qu’ils aillent dans un temple, une mosquée ou une église, ils prient tous le même Dieu. (…) L’homme doit donc utiliser son intelligence, son cœur et sa conscience pour éloigner la haine et le mal”,  a-t-il insisté. “D’où l’importance de la religion comme source de paix envers Dieu et envers soi-même, afin de pouvoir par la suite s’ouvrir aux autres”. (cath.ch/orj/be)

 


Les Pères Carlos Eugenio Irarrázaval Errázuriz et Alberto Ricardo Lorenzelli | Conférence épiscopale du Chili

Le pape François ordonne un nouvel évêque pour le Chili

Saint François d'Assise (1182-1226), fondateur de l'ordre des frères mineurs, par Francisco de Zurbarán, Ancienne Pinacothèque de Munich | Domaine-public

Formation continue des religieux pour éviter "l’hémorragie des abandons"

Actualités ›