Le pape demande aux évêques irakiens d'œuvrer à la réconciliation nationale

Le pape François a demandé aux évêques chaldéens d’Irak, le 5 octobre 2017, d’œuvrer à la réconciliation nationale. Le pontife a  reçu  en audience au Vatican le synode de l’Eglise catholique chaldéenne, réuni à Rome du 4 au 8 octobre.

Alors que le groupe Etat islamique (Daech) est presque totalement chassé d’Irak, le Souverain pontife a demandé aux prélats chaldéens d’être les moteurs de la réconciliation nationale.

Le patriarche Louis Raphaël Sako

Une «page tragique» de l’Irak semble se tourner, s’est réjoui le pape François. Les chrétiens d’Irak peuvent en effet revenir sur leurs terres de la Plaine de Ninive, dont ils avaient été chassés en août 2014 par les jihadistes de Daech. Dans cette épreuve, les chaldéens ont fait preuve de courage et d’espérance, a salué l’évêque de Rome.

Il faut désormais, a-t-il demandé aux évêques chaldéens, être «infatigablement des constructeurs d’unité». Entre eux tout d’abord, mais aussi avec les autres Eglises irakiennes. Et aussi en promouvant des rapports respectueux et le dialogue interreligieux entre les diverses composantes du pays.

Incertitudes après le vote sur l’indépendance du Kurdistan

Cela est plus que jamais nécessaire au processus de réconciliation nationale, a insisté le pape, d’autant que de nouvelles incertitudes sur le futur apparaissent. Une allusion à la situation du Kurdistan irakien, qui a voté par référendum son indépendance le 25 septembre, contre le gré de Bagdad, mais également de la Turquie et de l’Iran, qui craignent la sécession de leur minorité kurde. S’exprimant avant le pape François, le patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako s’était aussi inquiété de ce nouveau risque de tensions.

La situation est d’autant plus préoccupante pour les chrétiens irakiens que la grande majorité d’entre eux est réfugiée au Kurdistan depuis 2014. En rétorsion au référendum, Bagdad a notamment fermé les aéroports de cette région, pourtant principaux points d’entrée et de sortie des chrétiens.

La question de la diaspora

Par ailleurs, le pape a aussi engagé les prélats chaldéens à «repenser le thème de la diaspora». Il faut éviter toutes divisions et brouilles entre catholiques latins et orientaux dans les lieux de la diaspora, a-t-il ajouté.

En effet, «le dialogue œcuménique et interreligieux doit toujours partir de notre unité et de notre communion catholique». Selon des chiffres de 2016, sur plus de 640’000 catholiques chaldéens, moins de 245’000 vivent encore en Irak, les autres ayant trouvé refuge à l’étranger. (cath.ch/imedia/xln/be)

Le patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako plaide pour le retour des chrétiens de Mossoul et de la Plaine de Ninive | © Jacques Berset
6 octobre 2017 | 08:53
par Jacques Berset
Chaldéens (17) , diaspora (1) , pape françois (1620) , Sako (12) , Synode (78)
Partagez!