Le pape François s'adresse aux jeunes samedi 15 septembre 2018 sur la place Politeama à Palerme | © Vatican Media
Vatican
Le pape François s'adresse aux jeunes samedi 15 septembre 2018 sur la place Politeama à Palerme | © Vatican Media

Le pape demande aux jeunes Palermitains d′être des "aubes d′espérance"

16.09.2018 par I.Media

Les jeunes doivent devenir des “aubes d′espérance” pour changer le monde, a déclaré le pape François lors de sa visite en Sicile le 15 septembre 2018. Après une rencontre avec le clergé local, le pontife s’est adressé aux jeunes réunis sur la place Politeama, la plus importante de Palerme, véritable centre névralgique de la ville.

Après son discours d’une quarantaine de minutes dans la cathédrale de Palerme, où repose le corps du bienheureux don “Pino” Puglisi, le prêtre antimafia assassiné dans cette ville par le crime organisé il y a 25 ans, l’évêque de Rome est allé à la rencontre des jeunes, au centre de Palerme.

“Tout peut changer”

Le pape François s’est largement détaché de son texte pour s’adresser à son jeune public depuis une estrade.

Dans un monde “en crise”, le successeur de Pierre a encouragé les jeunes à ne pas céder au fatalisme et au pessimisme, mais au contraire à faire “naître et croître” l′espérance chrétienne qui combat la résignation. Ils doivent devenir des “aubes d’espérance”, a-t-il souhaité.

“Tout peut changer”, a soutenu le pape, si l′on part de ses propres rêves et de ses propres capacités. Et sans se couper de ses racines – son peuple, sa famille – qui sont fondatrices de l′identité et de la culture. Le pape a notamment souligné l’importance de parler avec les personnes âgées.

Un témoignage “contagieux” de Dieu

Auparavant, s’adressant au clergé sicilien, le pape a rappelé que le prêtre doit porter sans cesse un témoignage “contagieux” de Dieu.  La vie sacerdotale doit être un témoignage vivant et “contagieux” du Christ dans le monde, a exhorté le pape François en s’adressant aux prêtres, religieux et séminaristes réunis dans la cathédrale de Palerme. Pas seulement lorsque le prêtre porte ses habits liturgiques mais “24h/24”.

En visite en Sicile, le pape François demande aux jeunes de changer le monde | © Vatican Media

L′un des surnoms du bienheureux Don Pino était ′3P′, a rappelé le pape dans son discours, pour ′Père Pino Puglisi’. Ces trois lettres aident selon lui à se souvenir des trois termes essentiels pour chaque prêtre: prière, parole et pain. C′est-à-dire qu′il est fondamental de se tourner chaque jour vers le Seigneur, se nourrir des Ecritures et célébrer l′Eucharistie.

Le prêtre, un homme de Dieu ″24h/24

La vie religieuse et sacerdotale doit porter le témoignage du Seigneur dans le monde, a expliqué l′évêque de Rome. Et, le témoignage est “contagieux”, a-t-il insisté en prenant comme exemple la simplicité de la vie quotidienne de Don Pino.

Or, “l’Evangile nous demande aujourd’hui plus que jamais de servir dans la simplicité”. Ainsi, le prêtre doit être un homme de Dieu ″24h/24″, et pas uniquement lorsqu′il porte des vêtements liturgiques. Sans devoir remplir une fonction, sans dépendre des choses qui passent ni se lier aux puissances du monde, il doit être heureux et libre de témoigner.

Bannir le cléricalisme et la double morale

Il faut également veiller à bannir le cléricalisme. Le prêtre doit être un pasteur, pas un “fonctionnaire”. Témoigner, pour le pape François, signifie encore fuir toute “duplicité de vie”, que ce soit au séminaire, dans la vie religieuse ou dans la prêtrise.

“On ne peut pas vivre une double morale”, a alerté le pontife. Lutter contre ses vices est une bataille quotidienne. De même, il faut rejeter le carriérisme et le “clanisme”, car leur logique est celle du pouvoir. Et le prêtre n’est pas un homme de pouvoir, mais de service.

Le “trésor” de la piété populaire

Les prêtres, “icônes vivantes de la proximité”, ont ainsi la tâche d′accompagner les fidèles “avec un cœur de père”. Ils n′exercent pas une profession ou un métier, mais une mission. A l′exemple du Père Pino, il faut apprendre à rejeter toute spiritualité désincarnée, rappelle le pape. Ainsi, le prêtre ne prononce pas uniquement les paroles du Christ lors des célébrations eucharistiques, mais il doit les devenir. La liturgie n′est d′ailleurs pas qu′un simple rituel: c′est la vraie vie du prêtre.

Par ailleurs, très commune sur ces terres de Sicile, la piété populaire est un trésor et possède une force évangélisatrice, a souligné le chef de l′Eglise catholique, provoquant alors de vifs applaudissements. C’est le “système immunitaire” de l’Eglise. A condition toutefois, a-t-il alerté, que le véritable protagoniste soit le Saint-Esprit. Il faut donc veiller à ce que la mafia n’exploite pas la religiosité populaire. Sinon, celle-ci deviendra “corrompue”. (cath.ch/imedia/pad/be)

 

 


Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'Etat du Saint-Siège | © Jacques Berset

Cardinal Pietro Parolin: "Ce qui est en train d’arriver en Syrie est inhumain!"

Abus sexuels Le pape François appelle à un 'apostolat de la prévention' | © Mazur/episkopat.pl

Le pape François appelle à créer un "apostolat de la prévention" des abus         

Actualités ›