Le pape François a reçu le numéro deux du Patriarcat de Moscou

Sur fond de tension avec Constantinople, le métropolite Hilarion, directeur du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a été reçu par le pape François le 19 octobre 2018. La veille, le numéro deux du Patriarcat de Moscou avait rencontré le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens.

Hilarion a évoqué le «schisme» de l’Eglise orthodoxe russe avec le Patriarcat œcuménique de Constantinople.

Ces rencontres interviennent en effet quelques jours à peine après la décision de l’Eglise orthodoxe russe de rompre ses liens avec le patriarche Bartholomée de Constantinople.

Rupture

«J’espère pouvoir parler avec lui [le pape, ndlr] des questions relatives aux relations entre l’Eglise catholique romaine et l’Eglise orthodoxe russe et à la situation que nous sommes en train de vivre», a déclaré le métropolite Hilarion à l’agence italienne SIR en amont de l’audience.

Le métropolite Hilarion faisait ainsi allusion à la rupture dans le monde orthodoxe entre Moscou et Constantinople, après la décision du patriarche de Constantinople d’octroyer l’autocéphalie à l’Eglise orthodoxe ukrainienne. La décision controversée du patriarche Bartholomée risque de faire perdre au Patriarcat de Moscou une large partie de son influence et de ses fidèles en Ukraine. En conséquence, celui-ci a rétorqué en rompant la «communion eucharistique» avec l’Eglise orthodoxe de Constantinople.

«Le Patriarcat de Constantinople s’est identifié aux schismatiques»

«Le Patriarcat de Constantinople s’est identifié aux schismatiques. Il a enfreint toutes les règles canoniques, s’est ingéré dans notre juridiction et a pardonné aux schismatiques», avait asséné Cyrille Ier, patriarche de Moscou, le 15 octobre dernier, cité par l’agence de presse russe TASS.

Cela veut dire qu’il «qu’il est devenu lui-même schismatique», avait-il ajouté dans cette déclaration particulièrement ferme.

Protéger les jeunes «des tentations maléfiques»

Arrivé le 18 octobre à Rome, le métropolite Hilarion est intervenu devant au cours du synode sur les jeunes. «Le devoir social de l’Eglise est de favoriser la protection des jeunes des tentations maléfiques qui sont aujourd’hui plus que jamais diffusées, spécialement dans les pays développés»l a-t-il déclaré. Les Eglises doivent unir leurs efforts, a-t-il encore suggéré, pour contrer cette «tendance et pour défendre les critères moraux nécessaires (…) pour le bien-être spirituel des prochaines générations et de la société en général».

Le métropolite a en particulier confié à l’agence SIR être impressionné par la façon avec laquelle l’Eglise catholique «discute de ce qu’il faut faire avec les jeunes, comment leur apporter le Christ et, surtout, ne pas perdre cette génération».

Rencontre avec le cardinal Kurt Koch

Après cette prise de parole, Hilarion a rencontré le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. A cette occasion, le russe a présenté au cardinal suisse les décisions de l’Eglise orthodoxe russe concernant sa relation avec le Patriarcat de Constantinople.

Le métropolite Hilarion avec le cardinal Kurt Koch | Photo Patriarcat de Moscou

En marge de l’Assemblée générale du Synode des évêques, au Vatican, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rencontré le cardinal Kurt Koch, qui a, selon le site du Patriarcat de Moscou, «particulièrement souligné l’importance du projet commun des ‘Universités d’été’, réalisé chaque année grâce à  un partenariat entre l’Eglise orthodoxe russe et le Saint-Siège». Ce projet «permet à de jeunes pasteurs et étudiants des deux Eglises de découvrir plus en profondeur le patrimoine et la spiritualité des traditions orthodoxe et catholique».

Décision de Minsk

Le métropolite Hilarion a fait part au cardinal K. Koch des décisions du Saint-Synode de l’Eglise orthodoxe russe, prises à Minsk le 15 octobre, «à la suite d’actes non-canoniques de la part du Patriarcat de Constantinople en Ukraine». Mgr Hilarion a exposé en détail la position du Patriarcat de Moscou à ce sujet, et a transmis au cardinal le texte de la déclaration du Saint-Synode.

Au cours de la rencontre, il a aussi été question du travail du groupe mixte pour la coopération culturelle entre l’Eglise orthodoxe russe et le Saint-Siège, ainsi que d’autres sujets présentant un intérêt commun. (cath.ch/imedia/sir/mospat/be)

Le patriarche Hilarion avec le pape François | Photo d'archive Agence SIR
21 octobre 2018 | 11:51
par Jacques Berset
Partagez!