Vatican

Le pape François crée la Fondation vaticane Jean Paul Ier

Le pape François a créé la Fondation vaticane Jean Paul Ier dans le but d’approfondir la figure, la pensée et les enseignements du pape Albino Luciani (26 août 1978 – 28 septembre 1978).  263ᵉ pape de l’Eglise catholique, il est à ce jour le dernier pontife italien à occuper le siège de Pierre. Elu le 26 août 1978, son pontificat ne durera que 33 jours et 6 heures.

Le pape argentin veut ainsi promouvoir l’étude et la diffusion des écrits de celui qui fut surnommé en Italie il papa del sorriso (»le pape du sourire») et il sorriso di Dio (»le sourire de Dieu»). Le procès en béatification du pontife est en cours. Jean Paul Ier a été reconnu vénérable en 2017.

«Le pape du sourire»

La nouvelle fondation sera présidée par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège. Dans un article, ce dernier s’exprime ainsi sur l’enseignement d’Albino Luciani: «Son magistère est actuel. La proximité, l’humilité, la simplicité, l’insistance sur la miséricorde de Dieu, l’amour du prochain et la solidarité en sont les traits saillants».

Le pape Jean Paul Ier lors de l’angelus (photo wikimedia commons CC BY-SA 2.0)

La Fondation, précise un communiqué, a pour but de protéger et de préserver l’héritage culturel et religieux laissé par le pape Jean Paul Ier; de promouvoir des initiatives telles que conférences, rencontres, séminaires, sessions d’étude; de créer des prix et des bourses; d’éditer aussi bien les résultats de ses propres études et recherches que les travaux de tiers; de servir de point de référence, en Italie et à l’étranger, pour ceux qui travaillent dans le même domaine et avec les mêmes objectifs.

Un point de référence dans l’histoire de l’Eglise

Le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin a choisi les membres du conseil d’administration de la nouvelle Fondation, pour une période de cinq ans. Il a ainsi nommé la vaticaniste et biographe de Jean Paul Ier Stefania Falasca, qui assumera également le rôle de vice-présidente de la Fondation, le cardinal Beniamino Stella, Mgr Andrea Celli, le Père Davide Fiocco, la nièce du pape italien Lina Petri, et l’official de la Secrétairerie générale Alfonso Cauteruccio.

Dans un article publié dans les médias du Vatican, le cardinal Parolin souligne combien le pape Jean Paul Ier a été et reste un point de référence dans l’histoire de l’Eglise universelle, «dont l’importance est inversement proportionnelle à la durée de son très court pontificat».

Une extraordinaire sensibilité sociale

«L’histoire d’Albino Luciani, écrit le cardinal Parolin, est celle d’un pasteur proche du peuple, centré sur l’essentiel de la foi et doté d’une extraordinaire sensibilité sociale. Son magistère est actuel. C’est un évêque qui a vécu l’expérience du Concile œcuménique Vatican II (1962-1965). Il l’a appliquée et, dans son bref pontificat, il a fait avancer l’Eglise sur les grandes routes indiquées par celui-ci: la remontée aux sources de l’Evangile et un esprit missionnaire renouvelé, la collégialité épiscopale, le service dans la pauvreté ecclésiale, la recherche de l’unité des chrétiens, le dialogue interreligieux, le dialogue avec le monde contemporain et le dialogue international, mené avec persévérance et détermination, en faveur de la justice et de la paix». (cath.ch/imedia/ah/vaticannews/be)  

Le pape Jean Paul Ier (1912-1978) régna pendant seulement 33 jours en 1978 | DR
30 avril 2020 | 11:50
par Jacques Berset
Partagez!