Vatican

Le pape François et Frère Alois reviennent sur le Synode sur les jeunes

Frère Alois, prieur de la communauté de Taizé (France), s’est félicité de la présence des jeunes au cours du Synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, lors d’une audience privée avec le pape François le 4 avril 2019. Le religieux français d’origine allemande avait participé au synode comme invité spécial.

«Chaque année, j’ai l’occasion de rencontrer le pape François et c’est un grand cadeau pour la communauté de Taizé, car cela exprime la communion que nous vivons avec lui», a confié le Frère Alois à Vatican News au terme de sa rencontre avec le pontife.

Au cours de cet entretien, le Frère Alois a remercié le pape pour la présence des jeunes pendant cette rencontre. Elle a permis «d’en changer le climat», a-t-il déclaré. «J’espère que pour les autres synodes, dans le futur, la présence des autres Eglises puisse être encore plus importante», a-t-il également suggéré.

Accueillir les propositions des jeunes

Au sujet de l’exhortation Christus vivit, le Frère Alois s’est réjoui de l’appel du pontife à ne pas avoir peur des critiques des jeunes à l’égard de l’Eglise, et de leurs propositions, qui «sont pour nous des chemins nouveaux». «Nous ne devons pas répondre aussitôt que ce n’est pas possible mais accueillir leurs propositions», a-t-il recommandé.

Le religieux a par ailleurs salué l’engagement du pontife argentin dans le dialogue avec toutes les religions, mais aussi avec le monde de la science et le monde moderne. Evoquant l’accueil dans sa propre communauté de réfugiés musulmans, il a ainsi considéré que cela ne représentait pas seulement un devoir mais le «cœur de l’Evangile» dans la mesure où le Christ est mort et ressuscité pour toute l’humanité.

Au cours du Synode, le prieur de Taizé avait proposé la création d’un «ministère d’écoute», exercé tant par des consacrés que des laïcs. Ce ministère, avait-il développé, serait confié à des personnes qui ont du temps pour «simplement accueillir» la parole de l’autre et «écouter une joie ou une souffrance».(cath.ch/imedia/ah/mp)

Frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé
5 avril 2019 | 12:03
par Maurice Page
Partagez!