Vatican

Le pape François met en garde contre la rigidité et le cléricalisme

«La rigidité est une des manifestations du cléricalisme et le cléricalisme est une perversion du sacerdoce», a déclaré le pape François à la communauté du séminaire pontifical régional Pie XI d’Ancône, reçue en audience le 10 juin 2021.

Le pontife a invité les formateurs à s’inspirer de saint Joseph, figure extraordinaire auquel le pape a consacré sa dernière lettre apostolique Cum Patris Corde, et les séminaristes à suivre l’exemple de Jésus qui s’est laissé docilement éduquer par Joseph.

Soucieux de la formation actuelle des séminaristes, le pape François a récemment mis en garde les évêques italiens quant à la rigidité de certains candidats au sacerdoce ou jeunes prêtres. Aux séminaristes d’Ancône, l’évêque de Rome a rappelé que derrière chaque rigidité se cache un grave problème, car la rigidité est un manque d’humanité.

Pour lutter contre la rigidité qui manifeste une forme de cléricalisme, le pontife argentin a rappelé la vertu de l’obéissance dans la formation des séminaristes. Et de rappeler les quatre dimensions de la formation d’un prêtre : humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale.

Insistant sur cette dernière, il a rappelé que «le vrai berger ne se détache pas du peuple de Dieu». Contre la tentation de se célébrer soi-même dans la liturgie ou de devenir un simple expert en théologie, le prêtre doit rester proche de son troupeau. «Tu es un prêtre du peuple saint et fidèle de Dieu, tu es un prêtre parce que tu as le sacerdoce baptismal et tu ne peux pas le nier».

S’inspirer de l’humanité du Christ

Comparant le séminaire à «la famille de Nazareth, où Jésus a été accueilli, soigné et formé en vue de la mission que lui a confiée le Père», l’évêque de Rome a insisté sur la docilité avec laquelle le séminariste doit se laisser former : «Sans docilité, personne ne peut grandir et mûrir». Le prêtre doit se former toute sa vie, dans un processus évolutif, qui commence dans la famille, se poursuit dans la paroisse, se consolide au séminaire et dure toute la vie.

Le pontife a exhorté les séminaristes à s’inspirer de l’humanité du Christ pour leur propre sacerdoce : la puiser dans l’Évangile et le Tabernacle, dans la vie des saints et des «héros de la charité», dans l’exemple des parents, grands-parents et des vieux prêtres, «ceux qui ont la sagesse du bon vin». Le pape a même invité à la lecture de Dostoïevski, pour grandir en humanité.

Vrai Dieu et vrai homme, le Christ est passé par toutes les étapes de la croissance d’un homme, a-t-il rappelé. «Peut-être n’avons-nous pas assez réfléchi sur le jeune Jésus, engagé dans le discernement de sa propre vocation, dans l’écoute et la confidence à Marie et Joseph, dans le dialogue avec le Père pour comprendre sa mission», a-t-il confié. (cath.ch/imedia/at/mp)

La Maison des séminaires à Givisiez regroupe les séminaires du LGF et de Sion, ainsi que les séminaristes du Jura pastoral.
11 juin 2021 | 09:28
par I.MEDIA
Partagez!