Le pape François ouvre la voie à de nouvelles béatifications

19.03.2019 par I.Media

Au cours d’une audience accordée le 19 mars 2019 au cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, le pape François a autorisé le dicastère à publier des décrets ouvrant la voie à de nouvelles béatifications, a indiqué le Saint-Siège le même jour.

Un miracle est reconnu à l’intercession de Maria Emilia Riquelme y Zayas (1847-1940). Née à Grenade (Espagne), elle est âgée de 7 ans lorsque sa mère décède et développe alors une forte piété mariale. Le 25 mars 1896, jour de la fête de l’Annonciation, elle fonde la Congrégation des missionnaires du Saint-Sacrement et de Marie immaculée. La reconnaissance de ce miracle était la dernière étape nécessaire à sa béatification.

Le Souverain pontife a également autorisé un décret reconnaissant le martyre de sept évêques roumains : Valerio Traiano Frenţiu, Vasile Aftenie, Giovanni Suciu, Tito Livio Chinezu, Giovanni Bălan, Alessandro Rusu et Giulio Hossu. Tous sont morts en ‘haine de la foi’ entre 1950 et 1970, pendant l’ère communiste. Grâce à la reconnaissance de leur martyre, ils pourront être béatifiés.

Il en va de même pour le Père Alfredo Cremonesi (1902-1953). Cet Italien, membre de l’Institut pontifical pour les missions étrangères, est envoyé en Birmanie auprès du peuple Karen en 1925. En février 1953, alors que le pays est traversé par un violent conflit armé entre guérillas et forces gouvernementales, il est assassiné par des soldats alors qu’il tentait de protéger des villageois. Dès sa mort, il est considéré comme un martyr.

Vertus héroïques de fondateurs d’ordres féminins

Le pape François a également approuvé des décrets reconnaissant les “vertus héroïques” de fidèles défunts. Ceux-ci pourront être béatifiés si un miracle obtenu par leur intercession est reconnu ou s’ils sont reconnus comme martyrs. Il s’agit d’un prêtre et de quatre religieuses. Tous ont fondé des ordres féminins.

Le Père Francesco Maria Di Francia (1853-1913) est un prêtre diocésain italien à l’origine de la Congrégation des sœurs capucines du Sacré Cœur. Lancée en Italie à la fin du 19e siècle, cette congrégation est désormais présente en Italie, Colombie, Pologne et Slovaquie. Elle se dédie particulièrement à l’instruction et l’assistance des enfants défavorisés.

Egalement Italienne, Sœur Maria Teresa Camera (1818-1894) est la fondatrice de la Congrégation des filles de Notre-Dame de pitié. Œuvrant auprès des plus pauvres, cette congrégation lancée en 1849 est présente en Italie, au Pérou et aux Philippines.

Le successeur de Pierre a également approuvé la reconnaissance des vertus héroïques de Sœur Teresa Gabrieli (1837-1908). Sixième de huit enfants, cette religieuse italienne s′engage en faveur de la jeunesse. Cofondatrice de la Congrégation des sœurs des pauvres de Bergame, elle dirige l′organisation dès ses débuts et se dévoue avec humilité au service des pauvres.

Enfin, sont reconnues les vertus héroïques de Sœur Giovanna Francesca du Saint-Esprit (1888-1984), fondatrice de l′Institut des sœurs missionnaires franciscaines du Verbe incarné. Animée d′un fort esprit missionnaire, cette Italienne s′est mise au service des enfants, des pauvres, des malades et des marginalisés. Son ordre est notamment présent en Amérique latine et en Afrique centrale. (cath.ch/imedia/pad/xln)


Edvige Carboni a été béatifiée le 15 juin 2019 (dr.)

Edvige Carboni, ”une référence” pour les femmes d'aujourd'hui 

Le pape a béatifié sept évêques gréco-catholiques martyrs du communisme | capture d'écran Vatican media

Le pape demande aux gréco-catholiques de vaincre la rancœur par la charité et le pardon

Actualités ›