Vatican

Le pape plaidera la réconciliation sur les bords de l'océan Indien

En voyage sur les bords de l’océan Indien du 4 au 10 septembre 2019, le pape François visitera trois pays dans une situation très différente de celle rencontrée par Jean Paul II dans les années 1980. C’est ce qu’a affirmé Matteo Bruni, le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, le 2 septembre 2019, au cours d’un briefing de présentation du voyage du pontife.

Chacun des pays visités au cours de ce 31e déplacement hors d’Italie a déjà reçu une fois la visite d’un pape, celle de Jean Paul II, dans les années 1980. Ces pays, a relevé Matteo Bruni, étaient alors encore très ruraux et décolonisés depuis peu. De plus, le pontife polonais avait visité en 1988 un Mozambique en proie à la guerre civile.

Paix et réconciliation au coeur du voyage apostolique

Si la situation de la population est désormais «très différente» a remarqué le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège. Le thème de la paix et de la réconciliation déjà présent lors des visites de Jean Paul II sera à nouveau le fil conducteur pour le déplacement de son successeur argentin. A Madagascar par exemple, il devrait prôner la réconciliation entre les différentes couches sociales tandis qu’au Mozambique il viendra panser les «plaies» de décennies d’hostilités.

Pour Matteo Bruni, ces trois pays des bords de l’océan Indien jouissent par ailleurs d’une richesse naturelle «extraordinaire» qu’il faut préserver. Le pontife devrait ainsi s’exprimer en ce sens. Il devrait notamment avoir des mots particuliers pour les habitants de Beira – deuxième ville du Mozambique – dont les habitations ont été ravagées par un cyclone en mars 2019. Plus de 600 personnes sont mortes au cours de cette catastrophe climatique.

Rencontres au plus haut niveau institutionnel

Après ces orientations sur le voyage, le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a longuement commenté le programme des sept journées du déplacement. Dans chacun des trois pays, François sera accueilli par une délégation de premier plan.

A Maputo, il s’agira du président mozambicain, de sa femme et d’un groupe de fidèles ; à Tananarive du président malgache avec sa femme et de 400 fidèles ; à Port-Louis du Premier ministre, sa femme et près de 300 personnes.

Célébrations en plusieurs langues

Que ce soit dans la capitale mozambicaine ou dans celle malgache – les deux villes où le pape restera dormir – l’évêque de Rome sera accueilli à la nonciature par un groupe de jeunes. A Tananarive, il s’agira d’un chœur d’une cinquantaine de personnes.

Par ailleurs, le primat d’Italie effectuera à plusieurs reprises au long du voyage des déplacements en papamobile, afin de saluer les fidèles. Au Mozambique, le pape François s’exprimera en portugais tandis qu’il le fera en italien à Madagascar et à Maurice. Toutefois, il devrait employer le français pour présider les messes à Soamandrakizay le 8 septembre 2019 et au monument de Marie-Reine-de-la-Paix le lendemain.

Au sujet de Soamandrakizay, Matteo Bruni a indiqué que si le terrain pouvant accueillir un million de personnes appartenait surtout à l’Eglise locale, un bout du champ était prêté par un musulman.

Concernant la messe célébrée le 6 septembre 2019 au stade de Zimpeto, au Mozambique, elle sera «orientée vers la paix et la réconciliation», selon les mots de Matteo Bruni. La première lecture (Col 3, 12-17) et l’évangile (Lc 6, 27-38) ont donc été choisis pour cette messe votive ›pour le développement des peuples’. Quant à la prière eucharistique, il s’agira de la seconde pour la réconciliation.

Jumelage avec Buenos Aires

Au cours de son voyage, le premier pape jésuite de l’histoire rencontrera en privé les communautés locales de la Compagnie de Jésus. Il retrouvera ainsi les jésuites du Mozambique le 5 septembre à la nonciature de Maputo et ceux de Madagascar au collège Saint-Michel de Tananarive le 8 septembre .

Une autre rencontre privée figure d’ores et déjà au programme du pontife : le 5 septembre à la nonciature de Maputo avec des habitants de Xai-Xai, une ville gravement touchée par des inondations en 2000. Lorsqu’il était encore archevêque de Buenos Aires – charge qu’il a occupée de 1998 à son élection – le futur pape François avait lancé un jumelage entre les deux diocèses.

Enfin, Matteo Bruni a indiqué que le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’éducation des peuples, serait dans la suite pontificale, les trois pays visités relevant de son dicastère. Comme à son habitude, l’évêque de Rome a invité un employé du Vatican à se joindre à sa suite. Il s’agira cette fois-ci d’un infirmier. (cath.ch/imedia/xln/dp)

Des femmes au travail à Madagascar (photo domaine public)
2 septembre 2019 | 17:08
par Davide Pesenti
Partagez!