Aussi bien les Palestiniens que les Israéliens considèrent Jérusalem comme leur capitale (Photo:Dan/Flickr/CC BY-SA 2.0)
Vatican
Aussi bien les Palestiniens que les Israéliens considèrent Jérusalem comme leur capitale (Photo:Dan/Flickr/CC BY-SA 2.0)

Le pape François recevra le chef d’Etat israélien le 15 novembre

13.11.2018 par I.MEDIA

Le pape François recevra, le 15 novembre 2018, le président de l’Etat d’Israël, Reuven Rivlin, au Palais apostolique du Vatican. Outre la question israélo-palestinienne, cette rencontre devrait être l’occasion pour le pontife de plaider la cause des communautés chrétiennes en Israël.

Chef d’Etat israélien depuis 2014, Reuven Rivlin s’est déjà rendu une fois au Vatican, en septembre 2015. Selon le communiqué du Saint-Siège transmis à l’époque, les discussions avaient insisté sur “l’urgence de promouvoir un climat de confiance entre Israéliens et Palestiniens, et de relancer les négociations directes pour trouver un accord respectueux des légitimes aspirations des deux peuples“.

Trois ans plus tard, ces négociations sont à nouveau au point mort. En décembre dernier, la décision des Etats-Unis – suivis de quelques autres pays – de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu a encore aggravé les tensions. Si cette décision avait été saluée par Israël, le pape François avait de son côté demandé d’agir avec “sagesse et prudence”, en évitant de nouveaux éléments de tension.

Des discriminations dénoncées par les communautés chrétiennes

La question israélo-palestinienne ne devrait cependant pas être l’unique sujet de conversation entre le pape et Reuven Rivlin. Le pontife pourrait en effet relayer la vive critique formulée par l’ensemble des évêques en Terre Sainte – dont Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, et le Père Francesco Patton, custode de Terre Sainte – contre une loi adoptée en juillet et établissant Israël comme “Etat-nation du peuple juif“. Les fidèles d’autres religions “ne sont pas moins citoyens”, avaient alors estimé les prélats en dénonçant une loi qui “fournit une base constitutionnelle et légale pour la discrimination entre citoyens israéliens”.

De même, le pape pourrait faire part des préoccupations concernant un projet de loi permettant d’exproprier les biens immobiliers des communautés chrétiennes installées en Israël. Inscrit à l’ordre du jour du parlement israélien en octobre, l’examen de ce projet de loi a été repoussé. Dans le même registre, le cardinal Edwin O’Brien, Grand maître de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, avait dénoncé en février des discriminations. Cette parole forte faisait suite à la volonté – gelée depuis – de la municipalité de Jérusalem d’imposer des taxes foncières sur les propriétés des communautés chrétiennes.

Suite à la reconnaissance d’Israël par le Vatican en 1993, les deux parties négocient depuis 1999 un accord visant notamment à résoudre ces questions fiscales. Le Saint-Siège revendique notamment la confirmation des exemptions fiscales, préexistantes à l’Etat d’Israël. En janvier 2017, le Saint-Siège avait affirmé que la commission bilatérale chargée de la négociation avait effectué des “progrès”, dans une atmosphère “riche et constructive”. Le Vatican n’a pas communiqué sur l’avancement des travaux depuis. (cath.ch/imedia/xln/mp)


Jérusalem-Est occupée Israël démolit les maisons palestiniennes et en chasse les habitants | photo twitter

Le COE condamne sévèrement les démolitions illégales de maisons palestiniennes 

La vie est très précaire pour les enfants des camps palestiniens | © UN Photos/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0

Le Saint-Siège va aider les enfants des camps palestiniens

Actualités ›