Vatican

Le pape François: un lieu d’exécution transformé «en lieu d’espérance»

En donnant sa vie, l’apôtre Pierre a transformé un lieu d’exécution en un «lieu d’espérance», a déclaré le pape François lors de la prière de l’angélus prononcé depuis le Palais apostolique au Vatican, le 29 juin 2020, fête des saints Pierre et Paul. «La chose la plus importante dans la vie est de faire de la vie un cadeau», a déclaré le pontife à cette occasion.

Souvent, les fidèles ne s’adressent à Jésus qu’en cas de besoin, a regretté le pape dans sa catéchèse. Mais Dieu voit plus loin et invite à chercher non seulement ses dons, mais toute sa personne. Il s’agit de lui confier non seulement ses problèmes, mais sa vie toute entière. Il peut alors nous donner enfin la plus grande grâce: «celle de donner la vie».

L’apôtre Pierre exécuté dans l’enceinte du Circus Vaticanus

«Oui, la chose la plus importante dans la vie est de faire de la vie un cadeau». Et cela est vrai pour tout le monde, a-t-il observé: pour les parents envers leurs enfants et pour les enfants envers leurs parents âgés; pour ceux qui sont mariés et consacrés. Le pape a alors invité à regarder vers la basilique Saint-Pierre dans laquelle repose le premier pontife: «Son don a transformé un lieu d’exécution en ce magnifique lieu d’espérance où nous sommes».

Selon la tradition, saint Pierre a été exécuté dans l’enceinte du Circus Vaticanus construit par l’empereur Caligula, situé sur la colline Vaticane, à l’emplacement approximatif de l’actuelle basilique Saint-Pierre.

Constantinople absent en raison du Covid-19

Après avoir récité la prière mariale de l’angélus, le pontife a salué les Romains et ceux qui vivent dans la ville de Rome, à l’occasion de la fête des saints Pierre et Paul, saints patrons de la ville. «Par leur intercession, je prie pour qu’à Rome, chaque personne puisse vivre dignement et rencontrer le joyeux témoignage de l’Evangile». Le pape a également incité les pèlerins à visiter les tombes des deux apôtres afin de renforcer leur foi et leur témoignage.

La tradition veut qu’une délégation du patriarcat œcuménique de Constantinople vienne à Rome à l’occasion de cette fête, a rappelé le pape. En raison de la pandémie, cet échange n’a pas pu avoir lieu cette année. «J’envoie donc une étreinte spirituelle à mon cher frère le patriarche Bartholomée». (cath.ch/imedia/ah/be)

Fresque de la chapelle Pauline, au Vatican: le martyr de saint Pierre (détail), peint par Michel Ange, de 1542 à 1545. | Wikimedia – Domaine public
29 juin 2020 | 14:55
par I.MEDIA
Partagez!