Le sanctuaire marial de Knock, en Irlande, attire chaque année 1,5 million de pèlerins | DR
International
Le sanctuaire marial de Knock, en Irlande, attire chaque année 1,5 million de pèlerins | DR

Le pape François visitera le sanctuaire de Knock, poumon marial de l’Irlande

25.08.2018 par I.MEDIA

Le 26 août 2018, le pape François célébrera l’angélus au sanctuaire marial de Knock, point de passage obligé pour les catholiques irlandaise. Il marchera sur les pas de son prédécesseur Jean-Paul II qui s’y était rendu en 1979.

La pluie tombe drue ce 21 août 1879, dans la petite bourgade de Knock, à l’ouest de l’Irlande. Mary, une fillette, se dépêche de rentrer. Quand elle passe devant l’église du village, sa vision est éblouie par trois personnages se tenant devant le porche. Aussitôt, elle se précipite chez elle et revient avec sa famille et des voisins intrigués.

De retour devant l’édifice religieux, les témoins voient eux aussi les personnages baignés de lumière et épargnés par la pluie. Pour les villageois, pas de doute : il s’agit de la Sainte Vierge, accompagnée de saint Joseph son époux et de saint Jean l’évangéliste. A la gauche de celui-ci, est visible un autel sobre, sur lequel se trouve un agneau surmonté d’une croix, traditionnelle représentation du Christ agneau de Dieu. Autour de cet autel, des anges semblent en adoration.

Pas moins de 25 personnes vont vivre ce spectacle silencieux, tout en priant le rosaire. La Vierge est vêtue de blanc, avec une couronne d’or scintillant, surmontée de croix. Auprès de sainte Marie, saint Joseph est lui aussi vêtu de blanc tandis que saint Jean est coiffé d’une mitre et porte un livre dans la main. Après près de deux heures, la scène s’évanouit dans l’obscurité.

Le silence de l’apparition

Grâce à la révolution ferroviaire qui bat son plein en cette seconde moitié du 19e, l’attention internationale est presque aussitôt attirée sur ce village de quelques centaines d’habitants, perdu à l’ouest de l’Irlande. Les journalistes se pressent sur place, et dès le 8 octobre – soit moins de trois mois après l’apparition – l’évêque du lieu nomme une commission d’enquête. Après avoir interrogé les témoins et étudié les différentes possibilités, celle-ci conclut à la véracité de l’événement. En 1936, une seconde commission parviendra à la même conclusion.

Contrairement à d’autres apparitions survenues au 19e siècle comme à Lourdes, La Salette ou la rue du Bac à Paris, l’apparition reste silencieuse. Aucun mystère ou message oral n’est confié aux témoins. Le contexte social de l’époque explique cette particularité. L’Irlande est alors en pleine anglicisation et les prêtres sont obligés de prêcher deux fois : en gaélique puis en anglais. Parmi les témoins de l’apparition, les plus vieux ne comprenaient que le gaélique, tandis que le plus jeune – à peine âgé de six ans – ne parlait qu’anglais.

Si la dévotion au sanctuaire de Knock est essentiellement irlandaise, les papes de Rome ne s’en désintéressent pas. Pie XII (1939-1958) puis son successeur Jean XXIII (1958-1963) font des présents particuliers pour le sanctuaire. En 1974, Paul VI (1963-1978) bénit la première pierre de la nouvelle basilique érigée sous le vocable de ‘Notre-Dame-Reine-d’Irlande’.

1,5 million de pèlerins

Connu pour sa piété mariale, Jean Paul II (1978-2005) ne pouvait pas ne pas se rendre à Knock lorsqu’il devient en 1979 le premier successeur de Pierre à fouler le sol irlandais. Il s’agenouille devant le mur des apparitions et y dépose une rose d’or, hommage rare exclusivement attribué par le Souverain pontife.

Près de 40 ans après cette première visite pontificale, le pape François viendra lui aussi se recueillir à Knock. Restant environ une heure sur place, il visitera le sanctuaire et priera l’Angélus avec près de 45.000 personnes. A l’issue de celui-ci, il prononcera une allocution.

Malgré la brièveté de son passage, l’évêque de Rome viendra ainsi s’unir aux plus d’1,5 million de pèlerins – dont de nombreux malades – qui se pressent chaque année à Knock. Un nombre particulièrement élevé pour une île qui compte seulement 4,7 millions d’habitants. Depuis une vingtaine d’années, le sanctuaire attire d’ailleurs au-delà des frontières de l’Irlande. Ce sont ainsi plus de 700’000 personnes qui transitent chaque année par l’aéroport de ce village, essentiellement pour aller y prier. (cath.ch/imedia/xln/mp)


Accompagnateur de pèlerinage est une activité peu connue en Suisse romande. | © Pierre Pistolleti

Pèlerinage accompagné: spiritualité et logistique incluses

Port-Louis, la capitale de l'Ile Maurice, se prépare à accueillir le pape François. | © Flickr/ bebopeloula/CC BY-NC-ND 2.0

L'île Maurice se prépare à accueillir le pape François

Actualités ›