Vatican

Le pape fustige la spéculation financière

«Il peut arriver qu’en touchant de l’argent, nous ayons du sang sur les mains, le sang de nos frères», a déclaré le pape François devant des membres du groupe Moneyval, le 8 octobre 2020. Fustigeant la spéculation, il a encouragé ces experts en transparence financière à faire leur travail au Vatican, parlant de leur action comme d’une grâce au service de l’instauration d’une finance propre.

La visite de Moneyval, comité d’experts du Conseil de l’Europe sur l’évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, a démarré le 30 septembre 2020 et doit durer jusqu’au 13 octobre prochain. Initialement prévue en avril, elle avait été repoussée en raison de la pandémie et n’intervient donc pas directement dans le cadre des affaires financières qui secouent actuellement le Vatican.

Du sang sur les mains

Dans son discours – qui a été rendu public –, le pontife a remercié les efforts du groupe Moneyval, qui concourent in fine à l’élaboration d’une «finance qui n’opprime pas les plus faibles et les plus démunis». Car l’évêque de Rome en a conscience: «Parfois, dans l’effort d’amasser des richesses, il y a peu d’intérêt pour son origine […]. Ainsi, il peut arriver qu’en touchant de l’argent, nous ayons du sang sur les mains, le sang de nos frères et sœurs».

Le successeur de saint Pierre a alors rappelé aux experts sa volonté inébranlable de poursuivre la mise en place des mesures relatives à la transparence dans la gestion des flux d’argent au Vatican. Il a d’ailleurs cité le Motu Proprio (lettre apostolique expédiée par le pape, de sa propre initiative) de juin 2020, allant en ce sens, ou bien la décision d’août 2020 de rendre obligatoire pour les organisations bénévoles et les personnes morales de l’État du Vatican le signalement d’activités suspectes à l’Autorité d’information financière (AIF).

La spéculation financière cause des ravages

Citant à plusieurs reprises sa récente encyclique Fratelli tutti, le pontife argentin a rappelé que l’Église avait condamné «l’erreur du ‘dogme’ néolibéral». «La spéculation financière visant fondamentalement le profit rapide continue de faire des ravages», a-t-il prévenu, condamnant une nouvelle fois le «fétichisme de l’argent».

Le Primat d’Italie a également rappelé son souhait de ne plus voir l’argent massivement utilisé dans le commerce des armes. «Plutôt que d’investir dans la peur, dans la menace nucléaire, chimique ou biologique», il a de nouveau plaidé pour que «ces ressources soient utilisées pour éliminer enfin la faim et pour le développement des pays les plus pauvres». (cath.ch/imedia/hl/rz)

Le pape a une nouvelle fois attaqué le «fétichisme de l'argent» (photo: 3D animation production company sur Pixabay)
8 octobre 2020 | 14:45
par I.MEDIA
argent (14), Finances (130), Fratelli Tutti (36), Moneyval (9), Spéculation (5)
Partagez!