Vatican

Le pape propose «l'exégèse» d'Amoris laetitia

L’exhortation apostolique Amoris laetitia (2016) est en «continuité» avec l’enseignement de l’Eglise, mais doit être lue «entièrement et du début» pour être comprise, écrit le pape François dans une lettre au théologien anglais Stephen Walford, a rapporté Vatican News le 23 août 2018.

Comme le Souverain pontife l’explique lui-même, il a «librement» écrit dans ce courrier «ce qu’[il a] dans le cœur» au sujet d’Amoris laetitia. Datée du 1er août 2017, cette missive du pape François figurera en préface d’un ouvrage de Stephen Walford dédié à l’exhortation, à paraître prochainement en anglais.

Amoris laetitia, explique l’évêque de Rome, affronte des «problèmes actuels et concrets» comme la famille, la préparation au mariage, mais aussi les familles en difficulté. Ces problématiques sont traitées avec «l’herméneutique magistérielle de l’Eglise, toujours en continuité (et sans rupture), mais aussi toujours en cours de maturation». De plus, estime-t-il, les «situations éthiques» y sont abordées selon la «doctrine classique» de saint Thomas d’Aquin.

Afin de comprendre le message d’Amoris laetitia, souligne le chef de l’Eglise catholique, il faut la lire «entièrement et du début» car il s’agit «d’un tout». Si l’exhortation n’est pas lue intégralement, prévient-il, et «dans l’ordre des sujets (…) elle ne sera pas comprise ou la compréhension sera altérée». Ainsi, insiste-t-il, il ne s’agit pas d’un «vade-mecum» abordant différents sujets.

Pour le successeur de Pierre, ce document magistériel, est «le fruit d’un long parcours ecclésial» composé de deux synodes – en 2014 et 2015 – et d’une large consultation des communautés locales, des associations, ou encore des instituts de vie consacrée. Ce processus, affirme-t-il, a été marqué par «le désir de chercher la volonté de Dieu pour mieux servir l’Eglise». Cela a été pour lui une source de «joie spirituelle».

Quelques mois après la publication d’Amoris laetitia, quatre cardinaux – Walter Brandmüller, Carlo Caffarra, Joachim Meisner et Raymond Burke – avaient exprimé leurs interrogations, dubia, au sujet de l’exhortation. En septembre 2017, des laïcs, prêtres et théologiens du monde entier publiaient quant à eux une «correction filiale» adressée au pape pour mettre en évidence les risques contenus, selon eux, dans Amoris laetitia. (cath.ch/imedia/xln/pp)

Amoris Laetitia, (La joie de l'amour), l'encyclique du pape François sur la famille.
23 août 2018 | 17:22
par Pierre Pistoletti
Partagez!