Vatican

Le pape reçoit des pèlerins de l'Eglise ruthène, persécutée en URSS

Le pape François a reçu en audience le 11 décembre 2019 des pèlerins ruthènes de l’éparchie ukrainienne de Moukatchève (Mukachevo), proche de la frontière avec la Hongrie. Le pontife a salué le témoignage de «foi vive» de cette communauté persécutée au temps de l’URSS.  

Malgré les persécutions sous le régime soviétique, les fidèles de l’Eglise gréco-catholique ruthène ont su transmettre «l’enseignement de la vérité du Christ» au péril de leur liberté et de leur vie, a salué le pape François. Il s’est ainsi adressé à des représentants de l’éparchie de Moukatchève à l’occasion du 30e anniversaire de leur sortie de la clandestinité.

Fidélité au Christ malgré la persécution

L’Eglise de Moukatchève est la «mère de nombreux martyrs qui, de leur propre sang, ont confirmé leur fidélité au Christ, à l’Eglise catholique et à l’évêque de Rome», a déclaré le pontife. Mais le Seigneur «infiniment bon de sa main puissante a libéré votre Eglise de la longue oppression du régime soviétique», s’est-il réjoui.

Le pontife a alors évoqué la mémoire de leurs ancêtres qui, «dans l’intimité de leur foyer et souvent sous l’œil vigilant du régime hostile, au péril de leur liberté et de leur vie, ont transmis l’enseignement de la vérité du Christ». Ils ont offert aux générations futures «un témoignage éloquent de foi ferme, de foi vive et de foi catholique», a-t-il salué. En cette occasion solennelle d’anniversaire, l’évêque de Rome a assuré prier le Seigneur pour qu’il protège l’éparchie de Moukatchève «des pièges du mal et de lui donner toute prospérité».

«L’infatigable» Theodore Romza

Le pape a alors évoqué la figure du bienheureux évêque martyr Theodore Romza (1911–1947) qui, dans les moments les plus sombres de l’histoire, a su guider ses fidèles avec sagesse et courage évangélique. Un «homme infatigable, à l’exemple du Christ Bon Pasteur, qui a su donner sa vie pour les brebis».

Administrateur apostolique de Moukatchève, Theodore Romza reçoit l’ordination épiscopale le 24 septembre 1944, alors que la région s’apprête à être occupée par les Soviétiques. Il s’oppose aux expulsions des prêtres de leurs paroisses et à la confiscation des biens du clergé. Les Soviétiques lui mettent un marché en main: ils cesseront leurs persécutions lorsqu’il entraînera ces fidèles à renier le Vatican pour se rallier au patriarcat orthodoxe de Moscou.

Empoisonné à l’hôpital

Refusant de céder aux intimidations des Soviétiques et des orthodoxes de Moscou, il a, au contraire, encouragé ses fidèles à conserver leur foi et leur fidélité à Rome. Il meurt empoisonné le 1er novembre 1947, dans l’hôpital où il était soigné, après avoir survécu à un accident de voiture provoqué par les autorités soviétiques.

Une éparchie fondée par Clément XIV

L’éparchie gréco-catholique byzantine de Moukatchève est née de l’Union d’Oujhorod, signée le 24 avril 1646, dans la partie nord-est de l’Empire austro-hongrois. A cette date,  63 prêtres orthodoxes de Ruthénie subcarpatique décidèrent de se placer dans la juridiction de l’Eglise de Rome. L’éparchie de Moukatchève a été officiellement fondée par le pape Clément XIV en 1771.

Le territoire de l’éparchie actuelle de Moukatchève est situé dans la région de Transcarpatie, dans le sud-ouest de l’Ukraine.  (cath.ch/imedia/ah/be)

Le pape François a reçu en audience le 11 décembre 2019 des pèlerins ruthènes de l'éparchie ukrainienne de Moukatchève | © Vatican Media
11 décembre 2019 | 14:24
par I.MEDIA
Partagez!