Vatican

Le pape reconnait le martyre de 127 victimes de la guerre d'Espagne

Le nouveau préfet de la Congrégation pour les causes des saints, Mgr Marcello Semeraro, a reçu l’autorisation du pape François pour la promulgation de nouveaux décrets, le 23 novembre 2020. L’Église catholique compte désormais un nouveau bienheureux, 127 martyrs morts durant la Guerre d’Espagne et 6 nouveaux vénérables.

La Congrégation pour les causes des saints a reconnu un miracle attribué au Père Mario Ciceri (1900-1945). Cet italien, qui ressent très tôt la vocation à la prêtrise, est tué dans un accident de calèche en pleine Seconde Guerre mondiale. Il décède deux mois après en offrant sa vie pour que les soldats puissent rentrer chez eux. Ce miracle ouvre la voie à sa béatification.

Le martyre du prêtre espagnol Giovanni Elia Medina, ainsi que celui de 126 de ses compagnons, prêtres, laïcs et religieux, a été reconnu. Assassinés par les communistes, ils sont morts en «haine de la foi» durant la guerre civile d’Espagne, entre 1936 et 1939. Ce martyre ouvre la voie à leur béatification.

Mgr Maria Farina, un évêque qui dédia sa vie au clergé

La Congrégation pour les causes des saints a reconnu l’héroïcité des vertus de l’archevêque italien Mgr Fortunato Maria Farina (1881-1954). Né dans la province de Salerne, le prélat est connu pour avoir consacré sa vie à prendre soin des prêtres. Il est notamment le fondateur de l’Union du clergé de Salernes. Devenu évêque de Foggia en 1924, il fait preuve d’une grande charité envers les plus pauvres lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le prêtre espagnol Andrés Manjón y Manjón (1846-1923) a également été reconnu vénérable. Ordonné en 1886, ce pédagogue natif de Grenade est interpelé par l’analphabétisme des populations Tsiganes et travaille à proposer une éducation moderne. Également enseignant, il fonde les écoles de l’Ave Maria dans lesquelles il applique ses nouveaux principes pédagogiques.

Don Alfonso Ugolini, un prêtre ordonné à 65 ans

Les vertus du prêtre italien Don Alfonso Ugolini (1908-1999) ont également été reconnues héroïques par la Congrégation pour les causes des saints. Né en France dans une famille miséreuse, le jeune Alfonso émigre très tôt avec sa famille en Italie, pays d’origine de ses parents. Atteint de la tuberculose, il offre sa souffrance à la Vierge et parvient à guérir. Ayant traversé de nombreuses épreuves, il passe une grande partie de sa vie à se montrer disponible aux malades avant de devenir prêtre à l’âge de 65 ans. La messe devient alors le cœur de ses journées. Il meurt sereinement à 91 ans.

La congrégation pour les causes des Saints a reconnu les vertus héroïques de Sœur Maria Francesca Ticchi. Née en 1887 à Belforte all’Isauro (Italie), Clementina Adelaide Cesira rejoint l’ordre des Clarisses capucines en 1902 et prononce ses vœux perpétuels en 1910, sous le nom de Sœur Maria Francesca. Après une série de maladies et d’épreuves, elle s’éteint à 35 ans, le 20 juin 1922.

Sœur Cecchin, missionnaire au Kenya

Les vertus héroïques de Sœur Maria Carola Cecchin ont été reconnues. Née en 1877 à Cittadella di Padova (Italie), Fiorina Cecchin est entrée dans la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph Benoît Cottolengo à Turin (Italie), à l’âge de dix-neuf ans. Après une mission de vingt ans au Kenya, elle s’est éteinte le 13 novembre 1925 sur le bateau à vapeur qui la ramenait en Italie.

La Congrégation pour les causes des saints a enfin reconnu les vertus héroïques de Sœur Maria Francesca Giannetto. Née en 1902 à Camaro Superiore (Italie), Carmela Giannetto prend l’habit religieux en 1921, sous le nom de Sœur Maria Francesca, au sein de l’Institut des Filles de Marie Immaculée de Messine. Retournée à Camaro (Italie) auprès de sa famille pour des raisons de santé, elle décède le 16 février 1930 des suites de sa maladie. (cath.ch/imedia/cg/gr)

Tous les saints dans la cathédrale arménienne de Vank | © Jacques Berset
24 novembre 2020 | 16:20
par I.MEDIA
Partagez!