Suisse

Le pasteur zurichois Adolf Keller commémoré par l’EERS et le COE

Pionnier du mouvement œcuménique, le pasteur zurichois Adolf Keller est commémoré le 27 février 2020 lors d’une célébration commune du Conseil de l’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS) et du Comité permanent sur le consensus et la collaboration du Conseil œcuménique des Eglises (COE). Adolf Keller est une personnalité fondatrice commune des deux organisations.

Un passionnant retour vers les origines: l’EERS et le COE rendent hommage ensemble lors d’un colloque au travail visionnaire du pasteur Adolf Keller (1872-1963). Il y a cent ans, ce pionnier du mouvement œcuménique avait ouvert la voie aussi bien à la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS, aujourd’hui EERS) qu’au COE.  

Le 27 février, l’EERS et le COE organisent conjointement un séminaire à la chartreuse d’Ittingen (TG) consacré à la personne et à l’œuvre d’un ancêtre commun exceptionnel: le pasteur zurichois Adolf Keller. Après la Première Guerre mondiale, les Eglises américaines souhaitèrent restaurer leurs relations avec les Eglises européennes. Dans cette optique, elles invitèrent un représentant de la Suisse, qui était considérée comme un pays neutre.

«Le plus célèbre œcuméniste de son temps»

La  »Conférence des Eglises» d’alors envoya aux Etats-Unis une personnalité habituée aux voyages et polyglotte, le pasteur Adolf Keller. En 1919, ce dernier y fit la connaissance du «Federal Council of Churches». A son retour, il évoqua l’idée de créer une structure comparable pour les Eglises réformées en Suisse. C’est ainsi que la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) vit le jour en 1920. Pendant 20 ans, le plus célèbre œcuméniste de son temps allait marquer de son empreinte cette institution. 

Adolf Keller soutint également le travail du mouvement du Christianisme pratique (Life and Work), qui représentait les débuts du mouvement œcuménique et donna naissance en 1948 au COE. D’autre part, il s’engagea en faveur de la création d’un centre de formation œcuménique en Suisse.

A l’origine de l’Institut œcuménique de Bossey

Celui-ci prit la forme en 1946 de l’Institut œcuménique de Bossey. «Davantage de communion d’Eglises en Suisse et davantage de communion d’Eglises dans le monde, telle était la préoccupation première d’Adolf Keller. Cela nous inspire aujourd’hui encore», relève Gottfried Locher, président de l’EERS.

De la FEPS à l’EERS

Cent ans après la fondation de la FEPS, les Eglises réformées de Suisse se sont transformées en «Eglise évangélique réformée de Suisse» (EERS), dans le but d’améliorer et intensifier leur action commune dans la société et dans le monde du XXIe siècle. Le Synode suisse représente aussi une importante avancée en faveur de la cohésion des Eglises suisses.

Le Comité permanent sur le consensus et la collaboration du COE travaille depuis 20 ans sur la délicate question d’une «formation de l’opinion consciencieuse» au sein d’un organe qui représente des Eglises et des contextes extrêmement divers. Il a développé et étudié à cet effet de nombreuses méthodes de recherche de consensus. L’EERS a invité ce Comité du COE à tenir sa réunion ordinaire cette année en Suisse afin d’approfondir ensemble l’héritage commun et les tâches futures, note l’EERS dans un communiqué publié le 26 février 2020. (cath.ch/eers/be)

Le pasteur zurichois Adolf Keller (1872-1963) | © EERS
26 février 2020 | 17:15
par Jacques Berset
Adolf Keller (1), COE (68), EERS (10), FEPS (121), Gottfried Locher (41)
Partagez!