Vatican

Le Père Lombardi appelle à vaincre la «culture du silence» autour des abus     

Face à la souffrance et la profondeur des blessures des victimes d’abus commis par des membres du clergé, l’Eglise doit vaincre la «culture du silence». Elle doit s»«engager dans une «culture de dénonciation positive», propose le Père Federico Lombardi dans un ouvrage dédié à la protection des mineurs.

Après le sommet sur la protection des mineurs, qui s’est tenu au Vatican du 21 au 24 février dernier, la librairie éditrice du Vatican (LEV), la librairie officielle du petit Etat, s’apprête à publier l’ensemble des actes des réunions dans un ouvrage intitulé ‘Conscience et purification’.

Dans ce recueil, on retrouve en outre l’ensemble des interventions du pape François, mais également les témoignages des victimes et les prises de parole des orateurs. Y est inclus aussi un «texte inédit» du Père Lombardi, modérateur de la rencontre. Dans celui-ci, le jésuite revient en particulier sur les travaux des évêques répartis en onze groupes linguistiques.

Ne pas sous-estimer la gravité de ces crimes

Face à la sévérité des crimes d»«abus sexuels sur mineurs, il est fondamental de «vaincre la culture du silence», déclare le Père Federico Lombardi. «On se rend compte de la gravité des conséquences de ne pas écouter et reconnaître la souffrance et la profondeur des blessures des victimes», soutient le jésuite. Il ne faut pas sous-estimer voire essayer de cacher la gravité de ces crimes. Il convient désormais de s»«engager dans une «culture de dénonciation positive» afin d»«agir efficacement dans la vérité et dans la justice.

Ainsi, les onze groupes de travail durant le sommet sur la protection des mineurs ont réitéré la priorité à l»«écoute des victimes, insiste l»«ancien directeur du Bureau de presse du Saint-Siège. Les témoignages sont une force pour mieux comprendre les problèmes. Souvent, indique-t-il, les blessures les plus profondes sont causées non seulement par les abus, mais aussi en grande partie par l’expérience du refus d»«être écouté. Ces attitudes provoquent à ses yeux un profond ressentiment et durcissent les critiques.

Toutefois, les groupes d»«études se sont également penchés sur l»«expression «»accusations crédibles»« avant qu»«une peine soit véritablement prononcée, ainsi que sur la publication d»«une liste de prêtres accusés. Cela est «incompatible avec la présomption d»«innocence». Il faut être conscient, explique le prêtre, qu»«il suffit souvent d»«une accusation pour détruire de manière irréversible la réputation d»«une personne. Et donc la possibilité d’une réelle réintégration d»«un prêtre dans la vie sacerdotale.

Clarifier la question du secret pontifical

La transparence doit être une attitude qui caractérise toutes les communications dans et de l’Eglise sur toutes les questions, souligne encore le père jésuite. Il est donc nécessaire selon lui de clarifier la question du secret, notamment du secret pontifical. Il a d»«ailleurs été question d’éliminer le secret pontifical dans le cadre de la procédure relative aux violences sexuelles sur mineurs, pointe-t-il.

Par ailleurs, la formation continue et l»«accompagnement du clergé, en particulier des plus jeunes, sont de grande importance, affirme-t-il encore celui qui est aussi le président de la Fondation Joseph Ratzinger-Benoît XVI. Il est urgent d»«améliorer la formation humaine, affective et intégrale des candidats au sacerdoce. Il a notamment été noté, a-t-il rapporté, le besoin d»«une meilleure formation des séminaristes sur le monde numérique. En effet, le risque de dépendance à la pornographie est présent même chez les séminaristes ou les prêtres, signale-t-il.

Différents groupes se sont également interrogés sur l»«existence d»«un lien entre les abus sexuels et l»«homosexualité, explique encore le Père Lombardi. Cette question «complexe» mérite une étude plus approfondie car, s’il ne semble pas y avoir de «connexion», les cas d»«abus connus de la part des membres du clergé catholique sont toutefois commis davantage sur des garçons que sur des filles. (cath.ch/imedia/pad/be)

Le Père Lombardi fustige la naïveté de certains face aux abus sexuels | © Bernard Hallet
25 mars 2019 | 14:14
par Jacques Berset
Partagez!