La guerre contre la drogue du président Duterte aurait déjà fait près de ` morts (Photo:Wikimedia)
International
La guerre contre la drogue du président Duterte aurait déjà fait près de ` morts (Photo:Wikimedia)

Le président philippin Rodrigo Duterte appelle à "tuer les évêques"

11.12.2018 par Maurice Page

La guerre du président des Philippines, Rodrigo Duterte, contre l’Eglise et les évêques du pays ne baisse pas d’intensité. Dans un discours prononcé le 5 décembre 2018, le président a carrément appelé à “tuer les évêques”, “ce ramassis d’imbéciles qui ne sert à rien”.

Le 5 décembre, lors d’un discours prononcé au palais présidentiel de Manille, Rodrigo Duterte s’est attaqué aux évêques du pays, à cause de leurs critiques contre son gouvernement depuis son arrivée au pouvoir, en juin 2016.”Ces évêques, tuez-les”, a lancé Duterte. “Ce ramassis d’imbéciles ne sert à rien – ils ne font que critiquer.” Dans un autre discours prononcé ce même jour, le président a renouvelé ses attaques accusant l’Eglise d’être hypocrite.

De nombreux évêques sont en effet très critiques contre la politique du gouvernement Duterte, en particulier au sujet de la guerre contre la drogue et les appels aux meurtres lancés contre les toxicomanes et les dealers. Ces nouvelles provocations du président surviennent lors de l’anniversaire du meurtre du Père Marcelito Paez, tué le 4 décembre 2017 dans la province de Nueva Ecija. Deux autres prêtres philippins ont été abattus depuis.

Un fou meurtrier

Plusieurs évêques ont réagi en condamnant la gravité des paroles du président. “C’est inquiétant, venant d’un esprit malade comme le sien”, a confié Mgr Arturo Bastes, évêque de Sorsogon, estimant qu’il ne faut pas prendre ces provocations à la légère, et accusant le président d’être un “fou meurtrier”.

Pour l’évêque auxiliaire de Manille, Mgr Broderick Pabillo, toute personne lançant des appels au meurtre n’est pas un dirigeant digne de ce nom. “Le président a perdu toute autorité morale à cause de ses piques cruelles et haineuses. Ses propos l’ont déshonoré”, a déclaré l’évêque de Balanga, Mgr Ruperto Santos.

Julieta Wasan, présidente de la commission pour les laïcs, a invité les catholiques à défendre leur foi courageusement, non seulement en paroles, mais en particulier “à travers la vie que nous vivons en tant que disciples du Christ”. La Société théologique a appelé à mettre fin à la culture d’impunité dans le pays, et à la création d’une société juste et solidaire.

Le palais présidentiel minimise

Le palais présidentiel a réagi en minimisant les remarques du président. “Je pense qu’il s’agit seulement d’exagérations”, a déclaré son porte-parole Salvador Panelo. Rodrigo Duterte s’exprime parfois volontairement de façon exagérée, “de manière à produire un effet dramatique”. Salvador Panelo ne pense pas que les paroles du président risquent d’encourager les meurtres contre les prêtres. Rodrigo Duterte “se comporte comme n’importe quel autre être humain, il s’énerve quand il voit que le bien qu’il fait pour le pays n’est pas apprécié par ceux qui sont censés le soutenir, comme l’Église”, a-t-il ajouté. (cath.ch/eda/mp)


Mgr Pablo Virgilio Siongco David, évêque de Caloocan, aux Philippines | © Jacques Berset

Berne: visite d'un évêque philippin menacé de mort par Duterte

Rodrigo Duterte est un habitué des déclarations outrancières (Photo: Prachatai/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

Le président Duterte prend la défense des religieux contre les menaces

Actualités ›