Vatican

Le Renouveau charismatique appartient au «patrimoine de l'Eglise»     

«Le courant de grâce» du Renouveau charismatique va «au-delà» de ses structures, a déclaré le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, le 6 juin 2019. Le prélat s’est exprimé à l’occasion d’une conférence internationale précédant le lancement de ‘Charis’, le service unique du Saint-Siège pour le Renouveau charismatique.

L’idée de ‘Charis’ émane du pape François lui-même, a expliqué le cardinal Farrell devant plus de 550 responsables de mouvements charismatiques du monde entier. Selon le prélat américain, le pontife avait cela «dans le cœur» depuis longtemps. En témoigne notamment le temps qu’il a consacré aux responsables de ces mouvements ces dernières années. En outre, lui-même a expérimenté la force du Renouveau charismatique lorsqu’il était évêque de Buenos Aires.

Avec la création de ‘Charis’, le Renouveau charismatique vit une «phase nouvelle dans son parcours de maturité ecclésiale», a précisé Mgr Farrell. Par cette création, l’Eglise reconnaît qu’elle a besoin de ce mouvement pour vivre l’Evangile, de même que celui-ci a besoin de l’Eglise. Ce courant spirituel est donc appelé devenir un «instrument pour servir l’Eglise toute entière», a déclaré le préfet de dicastère.

Un «courant de grâce»

Le pape François parle en effet du Renouveau charismatique comme d’un «courant de grâce», a rappelé le haut prélat. Si ce mouvement se compose d’instituts spécifiques et de communautés, il s’agit d’un courant qui «va au-delà» de ces structures: il «n’appartient à personne» mais bien au «patrimoine de toute l’Eglise».

Selon le cardinal Farrell, l’Eglise attend d’abord de ‘Charis’ qu’il partage cette joie de l’Evangile et cet amour infini de Dieu à tous. En effet, la conversion n’est pas d’abord une question «d’effort moral» mais une question de temps, de désir et de rencontre avec le Christ, a-t-il rappelé. ‘Charis’ doit notamment évangéliser en partageant «la joie du baptême de l’Esprit-Saint» à tous. La proximité avec les plus pauvres et l’ouverture à l’œcuménisme, présents dès les fondations du Renouveau charismatique, doivent encore faire partie de sa mission.

Coopérer avec les évêques du monde entier

Ce mouvement, a poursuivi le cardinal, se veut un service à «tous les expressions du Renouveau». Il les aidera ainsi dans le discernement, leur procurera des formations et les encouragera dans leur mission. Cette unité du Renouveau charismatique désormais incarnée par ‘Charis’ n’exclut cependant pas les particularités de chaque mouvement, a-t-il expliqué. Il s’agit d’incarner «l’unité dans la diversité».

Le prélat a enfin prodigué des conseils s’adressant plus spécifiquement à ces responsables, en charge de guider ces mouvements, selon les mots de Jean Paul II (1978-2005). Appelés à montrer l’exemple, ils doivent veiller à sans cesse promouvoir la formation théologique dans leurs mouvements afin de cultiver la sagesse. Les invitant à prendre soin des nouvelles générations, il les a enfin encouragés à prendre des initiatives de coopération avec «tous les évêques du monde» et l’Eglise. Et ce, même si ceux qu’ils rencontrent ne prient pas de la manière dont ils ont l’habitude. (cath.ch/imedia/cg/rz)

Jubilé d’Or du Renouveau charismatique catholique à Rome en 2017
6 juin 2019 | 16:59
par Raphaël Zbinden
Partagez!