Vatican

Le Saint-Siège met en garde Israël contre un plan de paix unilatéral

Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, a rencontré les ambassadeurs des États-Unis et d’Israël, le 30 juin 2020, pour exprimer la préoccupation du Saint-Siège quant aux éventuelles «actions unilatérales» qui risquent de «compromettre davantage la recherche de la paix entre Israéliens et Palestiniens». Le prélat italien leur a rappelé la position du pape François, qui plaide pour des frontières internationalement reconnues et une «négociation directe».

Selon un accord électoral négocié par Benjamin Netanyahu et son ex-rival Benny Gantz, leur gouvernement d’union doit se prononcer à partir du 1er juillet sur l’application du plan du président américain Donald Trump pour le Proche-Orient, qui prévoit notamment l’annexion de parties de la Cisjordanie. Le Saint-Siège a manifesté son opposition au projet par l’intermédiaire de son ‘numéro 2’, le cardinal Pietro Parolin.

Il a rencontré le 30 juin les ambassadeurs des États-Unis et d’Israël près le Saint-Siège pour leur exprimer les craintes du plus petit État du monde face aux risque «d’éventuelles actions unilatérales». Ces dernières pourraient «compromettre davantage la recherche de la paix entre Israéliens et Palestiniens et la situation délicate au Proche-Orient».

Privilégier le dialogue

Le Saint-Siège considère en effet que «l’État d’Israël et l’État de Palestine ont le droit d’exister et de vivre en paix et en sécurité, à l’intérieur de frontières internationalement reconnues». Il a demandé de privilégier la voie de la négociation directe, en s’appuyant sur les règles d’arbitrage des conflits des Nations unies.

Le 8 juin 2014, depuis les jardins du Vatican, le pape François avait lancé un appel à la paix en Terre Sainte. Il avait alors supplié les acteurs du conflit d’avoir «le courage de dire oui à la rencontre et non à la confrontation ; oui au dialogue et non à la violence ; oui à la négociation et non aux hostilités ; oui au respect des pactes et non à la provocation ; oui à la sincérité et non à la duplicité». (cath.ch/imedia/cd/rz)

Le pape François a demandé la fin des hostilités entre Israéliens et Palestiniens | photo d'illustration © IDF/Flickr/CC BY-NC 2.0
2 juillet 2020 | 09:47
par I.MEDIA
Partagez!