Le synode sur les jeunes doit permettre le réveil des vocations sacerdotales

16.02.2018 par I.Media

Le synode sur les jeunes doit permettre le réveil des vocations sacerdotales et religieuses, a déclaré le pape François en recevant le 16 février 2018 les membres de l’association caritative Pro Petri Sede.

Recevant la délégation dans la salle Clémentine du Palais apostolique, le pape François, dans la perspective du prochain synode sur les jeunes, a encouragé à prier pour les vocations, notamment dans les pays du Benelux où l’œuvre est présente.

A l’occasion du prochain synode, en octobre 2018, consacré à ‘la jeunesse, la foi et le discernement vocationnel’, le chef de l’Eglise catholique a invité les membres de l’association Pro Petri Sede à “prier pour les jeunes”. Pour le pape argentin, le synode doit permettre le “réveil des vocations sacerdotales et religieuses dans vos pays”.

Pénurie de vocations dans le Benelux

Pays d’origine de l’association, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg souffrent d’une pénurie de vocations. En 1960, la Belgique comptait un peu plus de 10’000 prêtres. Ils ne sont plus que quelque 3’000 en 2015. Par ailleurs, parmi la centaine de séminaristes qui étudiaient il y a trois ans dans le royaume, plus de quarante étaient étrangers.


Jean-Marie Scheerlinck, président de Pro Petri Sede | © www.propetrisede.be

Le pape François a également remercié les membres de l’association pour leur offrande généreuse. Celle-ci contribue à la mission de l’Eglise, a-t-il souligné, en particulier dans le soutien des plus pauvres et des personnes “qui ont tout perdu en raison des migrations forcées”. Outre ce traditionnel soutien financier, le pape a rappelé que la mission de Pro Petri Sede était également de prier pour les personnes aidées.

Les membres de Pro Petri Sede sont reçus par le pape tous les deux ans. A cette occasion, ils lui remettent les dons recueillis – 300’000 euros en 2016 – et lui témoignent de leur soutien. Cette année, a encore souligné le pontife, la rencontre se situe au début du carême. “Dans un monde en proie à l’indifférence, à la violence, à l’égoïsme, au pessimisme”, a-t-il indiqué, il faut utiliser les remèdes “donnés par Dieu”: la prière, l’aumône et le jeûne. Cela permet aussi de lutter contre le “déficit de charité” dont souffre le monde. (cath.ch/imedia/be)


Greg Burke, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège | © Jacques Berset

Le pape François, alors simple religieux jésuite, était passé par la Suisse en 1986

Le pape François célèbre la messe à la Maison Sainte-Marthe | © Osservatore Romano

Le pape à Sainte-Marthe: le chrétien doit prier pour son ennemi et l’aimer

Actualités ›