International

Le Vatican et l’Etat italien unis contre les mafias

L’Académie pontificale mariale internationale (PAMI) a lancé un nouveau département d’analyse, d’étude et de montage des phénomènes criminels et mafieux, a constaté I.MEDIA le 18 septembre 2020, lors d’une conférence de présentation au Museo delle Civiltà, à Rome. Soutenue par le gouvernement italien, cette initiative est vouée à faire «interagir ensemble» tous les acteurs impliqués dans la lutte contre les mafias, a expliqué le criminologue Fabio Iadeluca, en charge de la coordonner.

Les mafieux utilisent aujourd’hui la figure de la Vierge pour effrayer les gens, a déploré le Père Stefano Cecchin, président de cette académie, en charge de faire rayonner la figure mariale dans le monde. En présentant cette dernière comme une femme muette, obligée de rester à la maison, ou encore «adepte» de méthodes violentes, ils manipulent les consciences de nombreuses personnes.

Ce constat a conduit cette université à collaborer avec l’Etat italien pour réfléchir aux moyens de lutter contre ce détournement du culte marial et plus globalement contre le phénomène des mafias. Ce nouveau département d’analyse, d’étude et de montage des phénomènes criminels constitue un point de départ pour faire interagir ensemble tous les acteurs impliqués dans cette lutte, qu’ils soient laïcs ou religieux, a rapporté le criminologue et sociologue Fabio Iadeluca, coordinateur de ce département. Son objectif est dans un premier temps de rassembler toutes les données récoltées par ces acteurs en vue d’un bien commun.

Un rapport annuel au mois de mai

Des mafias locales aux mafias internationales en passant par le terrorisme, quelque dix thématiques de travail seront exploitées. L’académie compte également travailler sur les violences conjugales ou encore familiales, a encore expliqué le criminologue. Ces échanges entre tous les spécialistes seront regroupés sur une plateforme digitale et donneront lieu chaque année à un rapport publié en mai, mois de Marie. Au-delà de l’analyse d’un tel phénomène, il s’agira de trouver de nouvelles idées pour agir, a souhaité l’Italien.

Le projet vise encore à créer des parcours de formation, adressés aux adultes comme aux jeunes, qui sont bien souvent les premières cibles des organisations mafieuses, a ajouté le Père Gian Matteo Roggio, membre de la PAMI. A ces derniers, les mafieux font miroiter des postes prestigieux sans qu’ils aient conscience qu’ils devront un jour en payer le prix. Il a aussi déploré les visions déformées de la soumission mariale conduisant en premier lieu selon lui à une domination masculine.

Un projet pensé pour dépasser les frontières italiennes

Ayant déjà prévu une réunion avec les ambassadeurs près le Saint-Siège pour favoriser le développement de ce département, le Père Cecchin souhaite quant à lui que cette initiative dépasse les frontières italiennes et s’internationalise. «Ce projet de la PAMI, a-t-il raconté, est l’aboutissement d’un cheminement».

Voyant d’abord en la Vierge «une femme qui unit les cultures», et notamment celles chrétienne et musulmane, il a d’abord créé avec l’imam de Trieste, Nader Akkad, la Commission internationale mariale islamo-chrétienne avant de travailler avec l’Etat italien sur cette question des organisations criminelles. (cath.ch/imedia/cg/bh)

Les mafieux utilisent aujourd’hui la figure de la Vierge pour effrayer les gens, a déploré le Père Stefano Cecchin| DR
20 septembre 2020 | 10:01
par I.MEDIA
Partagez!