Suisse

L’église abbatiale de Disentis retrouve sa splendeur

Au terme d’une restauration générale, qui a duré quatre ans et coûté 16 millions de francs, l’église de l’abbaye bénédictine de Disentis (GR) rouvre ses portes. Le 11 novembre 2019, l’édifice baroque inscrit dans la liste des biens culturels d’importance nationale, a été restitué aux moines et aux fidèles de la région grisonne.

C’est un jour historique pour la trentaine de bénédictins qui, sous la direction de Vigeli Monn, le 66e père abbé, vit au monastère de Disentis: l’église abbatiale est de nouveau à leur disposition. Durant la célébration eucharistique solennelle de la fête de Saint Martin de Tours, patron de l’église et de la petite ville de Disentis, un nouvel autel a notamment  été consacré. L’ancienne table en bois, installée provisoirement à partir des années 1970, a en effet été remplacée par un autel imposant de sept tonnes, en marbre de Lasa, ville du Tyrol du sud, qui autrefois dépendait du diocèse de Coire.

Sauvegarder le patrimoine pour les prochaines générations

Les travaux ont débuté en 2015, au lendemain des célébrations du 1400e anniversaire de la fondation de l’abbaye grisonne, sous la responsabilité d’Andreas Isler. Ils ont concerné l’ensemble de l’imposante et majestueuse église baroque, qui n’avait pas fait l’objet de restauration générale depuis presque un siècle. Les fresques qui caractérisent les voûtes et les inscriptions sont désormais clairement visibles. Les parties endommagées par l’humidité ont ainsi été réparées, les façades consolidées et retouchées. Les stucs baroques de la nef et du choeur brillent à nouveau.

Il faudra cependant attendre encore quelques mois pour pouvoir aussi entendre à nouveau l’orgue de l’église. Il ne sera restauré que pour la solennité de la Pentecôte 2020. (cath.ch/catt.ch/dp)

1400 ans de vie monastique dans les Alpes grisonnes

Avec sa trentaine de moines et sa soixantaine de collaborateurs, l’abbaye bénédictine de Disentis est non seulement un pivot culturel et religieux, mais aussi un important moteur économique pour toute la région.

Dédiée à Saint Martin de Tours, l’abbaye a été construite par le roi de France Charles Martel et saint Pirmin en l’an 711, après que les membres d’une précédente communauté monastique, fondé par les saints Sigisbert et Placide, aient été dispersés et assassinés. En 800, Charlemagne s’est arrété à Disentis et a accordé à l’abbaye des biens et des privilèges, la faisant ainsi passé sous la protection immédiate de l’empereur. L’abbaye a été ensuite détruite (probablement) par les Sarrazins vers l’an 940.

Au cours du Moyen Age, l’abbaye de Disentis a joué un rôle important au niveau politique, grâce surtout à sa position géographique entre le sud et le nord. Depuis le 1602, la communauté monastiques fait partie de la congrégation bénédictine de Suisse, voulue par le pape Clément VIII. L’abbaye à vécu un période de fortes tensions suite à la Réforme protestante. En 1799, elle a été pillée et incendiée par les troupes françaises de passage dans la région. Les œuvres d’art et les ouvrages de la bibliothèque ont été confisqués pour soutenir l’effort de guerre.

L’abbaye a échappé également à une complète dissolution, au cours du XIX siècle elle a vécu une période de forte instabilité causée par les transformations politiques qui ont touchaient le jeune canton des Grisons. En 1846, l’édifice baroque a partiellement été détruit par une incendie. La situation matérielle devenait de plus en plus précaire et le rayonnement spirituel de l’abbaye s’est considérablement détérioré .

Depuis la fin du XIXème siècle, Disentis a retrouvé pas à pas son essor d’auparavant, en particulier grâce à l’abbé Benedikt Prevost, de l’abbaye de Muri-Gries, à Bolzano (I). C’est à cette époque que l’abbaye a décidé d’ouvrir une école secondaire et un internat,  aujourd’hui encore renommés bien au-delà des frontière cantonales.

L'église de l’abbaye bénédictine de Disentis, construite entre 1685 et 1704, est un exemple illustre du renouveau spirituel dans les Grisons, à l’époque baroque.
11 novembre 2019 | 15:00
par Davide Pesenti
Partagez!