International

L’Eglise de Bangalore offre des funérailles aux victimes du covid-19

L’équipe des «Mercy Angels», 65 volontaires de l’archidiocèse de Bangalore, au sud de l’Inde, se charge d’enterrer dignement les corps des défunts du Covid-19, dont les proches n’ont pas les moyens de couvrir les dépenses supplémentaires liées aux restrictions.

Le gouvernement indien a imposé un protocole strict pour les enterrements, avec notamment un personnel formé pour s’occuper des corps et un équipement de protection pour les équipes de funérailles, rapporte Eglises d’Asie. «Nous avons enterré plus de 250 patients décédés du Covid-19 en moins de quinze jours dans notre archidiocèse», explique le Père Santosh Royan.

L’archidiocèse de Bangalore a chargé une équipe de 65 volontaires, appelés les Mercy Angels, d’aider aux inhumations au cimetière chrétien (Indian Christian Cemetery) de Bangalore. Chaque jour depuis deux semaines, ils enterrent près de quinze corps. Le père Royan précise qu’ils ne font aucune discrimination envers les personnes enterrées, quelle que leur confession. « Nous enterrons chaque corps avec respect. Notre mission a pour but d’accorder un enterrement chrétien digne à tous ceux qui sont morts à cause du Covid-19 et que les proches n’ont pas les moyens d’enterrer dignement à cause des restrictions.»

«Nous ne faisons pas de différence entre les religions ou les castes»

Les pauvres n’ont pas les moyens financiers de couvrir les dépenses supplémentaires, liées aux mesures de protection sanitaire. Ils sont forcés de laisser les corps de leurs proches dans les hôpitaux pour qu’ils soient incinérés par les services publics sans enterrement chrétien. les membres de l’équipe travaillent dès 4 heures du matin et les enterrements commencent vers 10 heures, après l’arrivée des corps à partir de 9h30. L’archidiocèse de Bangalore a réservé un budget spécial pour couvrir ces dépenses – le coût des kits de protection s’élève à 3’000 roupies (33 euros) par enterrement.

Parmi les 250 personnes enterrées à ce jour, une centaine étaient catholiques, 25 étaient hindoues, et les autres étaient des chrétiens de diverses confessions. Ces hindous ont été enterrés au cimetière chrétien à la demande de leur famille. «Nous ne faisons pas de différence entre les religions ou les castes quand il s’agit d’enterrer les corps », assure le père Royan. Parmi les volontaires, on compte également des musulmans et des hindous.

Souche de coronavirus sous le microscope | domaine public
4 mai 2021 | 14:59
par Maurice Page
Partagez!