Icône représentant les 21 coptes martyrisés en Libye par les terroristes de Daech, 'l'Etat islamiquie' le 15 février 2015
International
Icône représentant les 21 coptes martyrisés en Libye par les terroristes de Daech, 'l'Etat islamiquie' le 15 février 2015

L'Egypte confirme la découverte des corps des 20 coptes assassinés par Daech

08.10.2017 par Jacques Berset, cath.ch

L’Egypte a confirmé le 7 octobre 2017 la découverte des corps de 20 chrétiens coptes égyptiens et d’un Africain décapités par les terroristes de Daech, l’Etat islamique, au bord de la mer, près de Syrte, en Libye, en février 2015.

Au lendemain de la diffusion en ligne d’une vidéo macabre montrant la décapitation collective des chrétiens coptes en Libye, le patriarche copte orthodoxe Tawadros II avait décidé de les inscrire au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Eglise copte orthodoxe, établissant que leur mémoire serait célébrée chaque année le 15 février.

Les aveux d’un jihadiste de Daech

Les dépouilles, la tête séparée du corps, ont été retrouvées dans un charnier près de Syrte, un ancien bastion des jihadistes, a annoncé samedi 7 octobre une antenne du ministère de l’Intérieur du gouvernement d’union nationale de la Libye (GNA), reconnu par la communauté internationale.

Selon la chaîne de télévision libyenne Al-Ahrar, les corps ont été retrouvés le 6 octobre dernier, menottés et habillés de salopettes de couleur orange, la signature des terroristes de Daech sur leurs vidéos d’exécutions d’otages. La découverte a eu lieu après l’arrestation d’un militant impliqué dans ces assassinats, qui a fourni des détails sur l’endroit où se trouvait la fosse commune.

Les familles réclament les corps des martyrs

Située à 450 kilomètres à l’est de Tripoli, Syrte était devenue en 2015 le bastion de Daech en Libye avant d’être conquise en décembre 2016 par les forces du GNA aidées des milices de la ville de Misrata. Les familles des coptes martyrs ont adressé au Ministère des Affaires étrangères égyptien une requête urgente visant à obtenir la confirmation de la découverte des dépouilles.

“Tous ont commencé à prier en demandant à ce que les corps des martyrs puissent revenir bientôt en Egypte, au sein de leur Eglise, et qu’ils deviennent une bénédiction pour tout le pays”, ont-ils écrit dans leur missive.

Dernier repos dans “l’Eglise des Martyrs”

Un geste a beaucoup touché les chrétiens, a déclaré le 1er octobre 2017 à cath.ch Mgr Kyrillos William Samaan, évêque copte-catholique d’Assiout, en Haute-Egypte: le président al-Sissi a fait construire, aux frais de l’Etat, “l’Eglise des Martyrs” dans le village d’El-Awar, dans le district de Samalout, en Haute-Egypte, région d’où provenaient les vingt coptes décapités par Daech.

Appartenant à l’Eglise copte orthodoxe, ces hommes avaient quitté la petite ville de Samalout, près d’Al-Minya, pour partir travailler en Libye. Ils appartenaient à des familles modestes de l’Egypte rurale. L’Eglise copte orthodoxe veut les enterrer dans l’”Eglise des Martyrs” quand les dépouilles seront rapatriées en Egypte.

“Ce sont pour nous aussi des martyrs: ils ont refusé d’abjurer leur foi, et sont morts en récitant le Kyrie eleison, ‘Seigneur, prends pitié’, avec le nom de Jésus sur les lèvres, jusqu’à leur dernier souffle”, a confié l’évêque copte-catholique d’Assiout lors de son passage en Suisse fin septembre. (cath.ch/alahram/fides/be)


Les djihadistes ont profané de nombreux lieux dans la plaine de Ninive | © Maurice Page

Première église reconsacrée dans la plaine de Ninive

Pape Tawadros II, chef de l'Eglise copte orthodoxe d'Egypte (Photo: popetawadros.org)

Le pape des coptes refuse de rencontrer le vice-président américain

Actualités ›