Don Mauro-Giuseppe Lepori, de l'Union des supérieurs généraux, prône une culture de protection | © Pierre Pistoletti
Vatican
Don Mauro-Giuseppe Lepori, de l'Union des supérieurs généraux, prône une culture de protection | © Pierre Pistoletti

Les communautés religieuses pour une "culture de protection" dans l'Eglise

19.02.2019 par I.Media

“Nous avons besoin d’une culture à l’intérieur de laquelle les enfants soient appréciés et où leur protection soit promue“, déclarent l’Union internationale des supérieures générales (UISG) et l’Union des supérieurs généraux (USG), dans un communiqué diffusé par le Saint-Siège le 19 février 2019, deux jours avant le sommet dédié à la protection des mineurs organisé au Vatican.

Dans cette intervention, les supérieurs et supérieures d’ordre religieux reconnaissent l’insuffisance de la réponse des autorités dans l’Eglise. Elles “n’ont pas reconnu les signaux d’alarme ou elles ne les ont pas pris sérieusement en considération”, estiment-ils. Le pape François attaque donc “à bon droit”, selon eux, l’une des “causes originelles de ce fléau: “la culture du cléricalisme”. Celle-ci a littéralement empêché la lutte contre les abus, jugent-ils.

“Nous avons encore besoin de conversion et nous voulons changer. (…) Nous voulons nommer tous les abus de pouvoir”. Pour ce faire, peut-on lire dans le communiqué, “nous avons besoin d’une culture différente dans l’Eglise et plus largement dans notre société”. Les religieux et religieuses appellent ainsi à susciter “une culture à l’intérieur de laquelle les enfants sont appréciés et où leur protection soit promue”.

Ralliement total aux côtés du pape

Dans cette “culture de protection”, la “direction donnée par le Saint-Père est la clef”, estiment-ils. Ils assurent donc se rallier intégralement aux côtés du pape. Le successeur de Pierre a en effet montré, selon eux, la voie à suivre dans beaucoup de ces domaines, notamment en reconnaissant sa “douleur et sa faute”, mais aussi en rencontrant des survivants.

Par ce communiqué, les deux associations de supérieurs d’ordre religieux espèrent voir œuvrer l’Esprit Saint “avec toute sa puissance pendant ces trois jours”. Ils croient ainsi que “les vents du changement qui soufflent” sur l’Eglise et “la bonne volonté de la part de tous” puissent mettre en route des “processus et des structures” assurant la prise de responsabilité des autorités, “et que ceux déjà existants seront renforcés”.

Le sommet sur la protection des mineurs se tiendra au Vatican du 21 au 24 février. Parmi les 190 participants figurent notamment 12 religieux et 10 religieuses. (cath.ch/imedia/ah/gr)


Le sommet sur la protection des mineurs est "un chemin providentiel de purification" | © Flickr/Mazur

Un “chemin providentiel de purification” qui esquisse des premières pistes

Le cardinal Blase J. Cupich, archevêque de Chicago (Photo:Goat-Girl/Wikimedia Commons/CC BY 2.0)

Le cardinal Cupich soumet douze "étapes de procédure concrètes" face aux abus sexuels

Actualités ›